Panneau solaire en autoconsommation : Je vous explique tout

Aujourd’hui l’électricité coûte cher, et demain elle coûtera encore plus cher. Pour ne pas dépendre des fournisseurs, beaucoup de Français et de Françaises se tournent vers l’autoconsommation.

Quand on y réfléchit bien, c’est plutôt tentant de produire sa propre électricité. Mais ça ne se fait pas sur un coup de tête, il faut bien mûrir son projet.

Peut-être que vous êtes justement en train d’y réfléchir sérieusement. Ça tombe bien parce que je suis allé chercher différents témoignages de personnes qui ont déjà adopté l’autoconsommation photovoltaïque. Ça peut vous aider à prendre une décision.

Dans ce guide on va reprendre quelques bases ensemble. Ensuite je vous partagerai les témoignages que j’ai regroupés pour vous.

Je vous propose de commencer par une petite définition.

L’autoconsommation solaire : qu’est-ce que c’est ?

L’autoconsommation photovoltaïque c’est le fait d’utiliser l’électricité que l’on produit (avec des panneaux solaires), au moment où on la produit.

Ça veut dire qu’il faut adapter ses habitudes de consommation et consommer en pleine journée. Eh oui, les panneaux solaires ne fonctionnent pas encore la nuit.

Si vous arrivez à utiliser une bonne partie de votre énergie solaire, vous consommez beaucoup moins d’électricité publique.

C’est pour ça que ça intéresse de plus en plus de personnes. En étant plus indépendant(e) des fournisseurs vous ne subissez plus les hausses de tarif.

Le développement de l’autoconsommation en France

L’autoconsommation photovoltaïque s’est développée très rapidement en France. L’État a mis en place pas mal de subventions, du coup c’est devenu très accessible pour les particuliers.

Pour vous donner un exemple chiffré, en 2019 on comptait plus de 51 000 foyers en autoconsommation photovoltaïque. Et on prévoit une nette augmentation pour les années à venir. Une étude du RTE (réseau public de transport d’électricité) prévoit 4 millions d’autoconsommateurs d’ici 2035.

Vous voulez faire partie de ces 4 millions vous aussi ? Alors je vous explique un peu plus en détail ce que c’est que d’autoconsommer une énergie photovoltaïque.

Après ça on regarde les témoignages des Français qui font déjà partie des 51 000 producteurs d’électricité solaire.

Principe de fonctionnement de l’autoconsommation photovoltaïque

C’est très simple :

  1. On pose des panneaux solaires sur votre toiture
  2. L’électricité est injectée directement chez vous et alimente vos appareils électriques
  3. Si vos panneaux ne produisent pas assez, vous repassez sur le réseau public
  4. Si vos panneaux produisent trop, le surplus est injecté dans le réseau (vous pouvez d’ailleurs vendre ce surplus si vous êtes en autoconsommation partielle, on en parle un peu plus tard)

Plus vous utilisez d’énergie solaire, plus votre installation est rentable

Petite mise en situation pour être sûr que ce soit bien clair :

Vous passez votre aspirateur vers 17 h. Il consomme en moyenne 700 watts par heure. La journée se termine et votre installation photovoltaïque produit peu. Vous n’aurez pas assez d’électricité photovoltaïque pour continuer.

C’est à ce moment-là que votre aspirateur bascule sur le réseau public. Tout se fait automatiquement. Vous payez simplement le reste d’électricité nécessaire pour terminer votre ménage.

J’en profite pour vous faire un petit cadeau. J’ai rassemblé tous mes conseils qui permettent d’améliorer son taux d’autoconsommation. Je vous laisse télécharger ce pdf en cliquant ici.

Le fonctionnement de l'autoconsommation photovoltaïque
Consommez en journée pour rentabiliser votre investissement photovoltaïque.

Vous ne pourrez pas toujours consommer la totalité de votre production. C’est pour ça qu’il existe 2 types d’autoconsommation.

L’autoconsommation partielle

Celle-ci, c’est ma préférée. Vous utilisez le plus possible d’énergie solaire et ce qui n’est pas consommé repart dans le réseau public. EDF vous rémunère pour l’électricité que vous injectez.

Je vous mets les tarifs d’achat ici :

D’ailleurs quand je vous dis que c’est mon mode d’autoconsommation préféré, c’est aussi vrai pour la plupart des Français. L’autoconsommation partielle est le choix le plus largement répandu, ça représente 80 % des installations.

Ce n’est pas pour autant que l’autoconsommation totale n’est pas intéressante.

L’autoconsommation totale (sans vente de surplus)

Vous l’avez compris, ici c’est la même chose sauf qu’on ne peut pas revendre le surplus non consommé. Le but du jeu, quand on fait de l’autoconsommation, c’est d’utiliser toute l’électricité qui est produite par les capteurs solaires.

Très souvent il faut installer des batteries pour ne pas perdre l’électricité qu’on n’a pas pu consommer en journée.

Ce genre d’installation demande quelques options en plus. Pour utiliser toute l’électricité solaire, c’est mieux d’avoir un système de domotique qui déclenche vos appareils quand les panneaux produisent.

Ne vous inquiétez pas, pour vous aider à choisir la meilleure option on va regarder ensemble les témoignages.

Je vous ai justement réunie deux études de cas différentes. Une sur l’autoconsommation partielle et l’autre sur l’autoconsommation totale.

Autoconsommation partielle : l’avis de Franck

Une transition énergétique réussie.

Voici l’histoire de Franck, un ancien ouvrier du BTP, devenu agent immobilier qui a décidé de transformer son habitation en maison autosuffisante.

Son but ? Réduire sa facture d’énergie qui n’arrête pas d’augmenter et être en accord avec ses convictions écologiques. Dans l’idéal, Franck aimerait remplacer son salaire par une autonomie.

Comment il y parvient ?

En devenant indépendant des réseaux de distributions et en générant un revenu grâce au rachat de son surplus. Ça donne envie, pas vrai ?

En 2012, Franck a investi dans un logement en Île de France, il entreprend des travaux de rénovation qui lui coûtent 30 000 €. En plus de l’énergie, il veut aussi être autonome en eau.

Il installe ses panneaux photovoltaïques sur le toit de son garage et investit aussi dans un parc de batterie pour plus d’autonomie. Il installe également des réservoirs d’eau. Son système est relié au réseau public, il peut utiliser l’électricité d’EDF ou réinjecter la sienne.

Tout ça pour quel résultat ?

Son système photovoltaïque lui permet de produire plus d’énergie qu’il en consomme. Du coup il a du surplus à revendre à son fournisseur d’énergie. Il réduit considérablement sa facture et en plus il génère un revenu supplémentaire.

Concrètement, son surplus lui a valu jusqu’à 1 200 € par an de son fournisseur EDF. Cet argent lui permet d’acheter le bois pour son chauffage.

Son futur projet ? Ouvrir sa maison aux écoles afin d’expliquer sa philosophie de vie et les enjeux de la résilience dans les années à venir.

Vous trouvez ça inspirant ? Moi aussi.

Maintenant c’est au tour de Lydie et d’Éric de nous faire découvrir leur histoire.

Autoconsommation totale : l’avis de Lydie et Éric

Une maison autonome dans un lieu isolé ? C’est le projet rêvé de Lydie et Éric. Eux, ils ont choisi l’autoconsommation totale, ils nous racontent comment ça s’est passé.

Lydie et Éric construisent seuls, une maison autonome de 120 m2 en ossature en bois. Ils habitent dans l’Aude, en région Occitanie. Avec un budget de 80 000 €, ils achètent un terrain de 4 000 m2, les matériaux pour la construction et l’installation photovoltaïque.

Leur rêve ? Continuer dans la démarche d’autonomie et s’approvisionner en eau et en nourriture.

Leur module photovoltaïque comprend 9 panneaux de 270 kWc et un onduleur hybride de 3 kWh. La totalité leur procure une puissance de 2500 kWc environ.

Ils ont investi dans un parc de batteries 12 volts de 130 ampères chacune. Ce qui leur permet d’utiliser leur production électrique le soir et par mauvais temps.

Je ne vous cache pas qu’ils ont dû adapter leur mode de vie pour se contenter de 2 500 kWc.

Ils utilisent une pompe avec une résistance qui permet de chauffer le ballon d’eau. Ils ont équipé leur réfrigérateur d’un programmateur et installé des blocs glacés à l’intérieur. Ils déconnectent la résistance du lave-linge et du lave-vaisselle pour consommer seulement 100 Watt par cycle de lavage.

Résultat des courses ?

Leur maison est presque terminée, ils sont rassurés de leurs choix alternatifs. Ils sont persuadés de pouvoir profiter d’un confort solaire.

Leurs futurs projets ?

Leurs panneaux solaires photovoltaïques sont toujours à plat sur le toit de leur maison. Ils vont effectuer un réglage d’angle des panneaux selon la saison estivale ou hivernale.

L'avis sur les panneaux solaires en autoconsommation
L’autonomie totale consiste à consommer l’intégralité de l’énergie produite.

Pour les deux études de cas que nous venons de voir, vous avez dû remarquer que les batteries font partie des installations.

On revient sur ce point ensemble.

L’autoconsommation photovoltaïque : C’est possible sans batterie ?

Ça dépend. Si vous ne pensez pas pouvoir utiliser toute l’électricité en journée il faudra sûrement en installer. Sinon ça veut dire que vos panneaux produisent de l’électricité dans le vent. Donc pour rentabiliser votre investissement, ce sera plus compliqué.

Par contre, si vous pensez pouvoir consommer une grande quantité d’électricité solaire en journée c’est différent. Dans ce cas vous n’aurez peut-être pas besoin de batterie. Ce que je dis n’est vrai que pour l’autoconsommation partielle.

Autoconsommation totale = batteries solaires de stockage.

Si vous voulez devenir autonome vous avez forcément besoin d’une solution de stockage.

Petit aparté, dans ce cas il faudra installer un onduleur spécifique. L’onduleur solaire hybride est relié à la batterie pour transformer le courant et prendre le relais quand vous n’avez pas besoin d’elle.

Les micro-onduleurs permettent aussi d’installer une batterie. Par contre avec un onduleur centralisé il faudra modifier votre installation.

Si vous voulez je vous ai écrit un contenu qui récapitule les spécificités de chaque onduleur. Vous pouvez cliquer ici pour le recevoir. Ça vous aidera à y voir plus clair.

Maintenant vous devez avoir une opinion plus précise sur l’autoconsommation. D’ailleurs vous avez peut-être pensé à vous lancer vous aussi. Si c’est le cas, il me semble important de faire un point sur les kits solaires pour autoconsommation.

Un kit solaire pour une autoconsommation ?

Je ne m’en cache pas je travaille dans le milieu du photovoltaïque. Depuis quelques années j’ai constaté que de plus en plus de personnes achètent des kits solaires à installer soi-même.

L’idée est séduisante, parce qu’on ne paye pas de main-d’oeuvre. Vous recevez votre support, vos panneaux, les micro-onduleurs intégrés, les câbles, le coffret de protection et il n’y a plus qu’à tout assembler.

Je pense qu’on peut tout à fait autoconsommer avec un kit solaire. Par contre, il faut prendre quelques inconvénients en compte :

  • Vous n’aurez droit à aucune aide de l’État ;
  • Si vous installez vos panneaux en toiture ça peut être dangereux
  • Sur un kit vous avez la garantie produit, mais en passant par des pros vous avez en plus une garantie décennale
  • Vous dimensionnez votre installation seul(e)
  • Il vaut mieux avoir de solides bases en électricité
  • Vous ne pouvez pas revendre votre surplus. Il sera réinjecté gratuitement sur le réseau.

Comme ça, vous avez les bonnes cartes en main pour faire un choix. Si vous préférez passer par des pros, je vous explique ici comment trouver un bon installateur.

Encore une fois, si l’avantage premier que vous retenez c’est le prix, le kit n’est pas forcément la bonne solution. Pour une petite puissance, oui c’est moins cher. Mais pour des puissances plus importantes la différence n’est pas énorme.

Allez, on regarde les prix en vitesse.


Quel est le coût d’une installation photovoltaïque ?

Le prix dépend de la puissance que vous voulez installer, je vous laisse regarder :

Les aides de l'État sont déduites des prix affichés. Ce tableau vous indique le prix à ne pas dépasser pour une installation, en fonction de sa puissance et les prix pratiqués chez Nouvel’R Énergie pour du matériel d’entrée de gamme sans option, main-d’œuvre et démarches administratives incluses.

J’en profite pour vous dire qu’on a mis en ligne un simulateur. Donc si vous ne savez pas quelle puissance installer, vous pouvez le remplir. Ce ne sera jamais aussi précis qu’une vraie étude de rentabilité, mais ça peut déjà vous donner une idée.

Les tarifs que vous avez pu lire sont “aides de l’État déduites“. Eh oui l’État finance une bonne partie de votre investissement (d’ailleurs ne tardez pas trop parce que les aides sont revues à la baisse).

Quelles sont les aides de l’État pour l’autoconsommation photovoltaïque ?

Que vous décidiez d’être en autonomie partielle avec revente ou en autonomie totale sans revente, vous êtes dans chaque cas éligible à certaines aides financières de l’État.

Les aides de l'État pour l'autoconsommation de panneau solaire
Vous pouvez bénéficier de plusieurs aides comme les subventions de l’ANAH ou la prime à l’autoconsommation.

Je vous ai récapitulé toutes les subventions que vous pouvez toucher ici. Cet argent que l’État vous donne, permet de rentabiliser plus vite votre achat.

Est-ce que l’autoconsommation est rentable ? Mon avis sur la question

Pour conclure ce guide je vais vous donner mon avis perso. Pas seulement en tant qu’expert dans l’énergie solaire mais aussi en tant que producteur (eh oui moi aussi j’ai des panneaux sur mon toit).

La question de la rentabilité ne se pose pas vraiment parce que :

  1. le matériel est performant
  2. en France on a un bon taux d’irradiation
  3. les experts en photovoltaïques sont de mieux en mieux formés
  4. les prix sont plus bas donc le retour sur investissement est plus rapide

D’ici 2025, la CRE (Commission de Régulation de L’Énergie) projette une hausse constante de +3,5 % chaque année. Je pense que l’autoconsommation peut vraiment nous protéger contre cette hausse du prix de l’électricité.

Quant à moi, j’avais décidé à l’époque de faire de la vente totale. Aujourd’hui, quand je vois le montant de mes factures, je réfléchis très sérieusement à passer en autoconsommation.

Pour moi, l’autoconsommation est effectivement un mode de consommation rentable.

Évaluez notre guide

5.0
/5
2
vote(s)
Merci !
Rafraîchir
Oops! Something went wrong. Check all fields.