Qu’est-ce que l’autoconsommation photovoltaïque ?

Pour produire votre énergie solaire, vous devez investir dans du matériel de qualité. Vous aurez besoin :

  • de panneaux photovoltaïques pour créer du courant continu grâce aux rayons du soleil,
  • d’un onduleur pour transformer le courant continu en courant alternatif,
  • d’une structure de pose et de câbles.

Plusieurs choix s’offrent à vous quant à la manière d’utiliser l’électricité produite par vos panneaux.

Le premier va être de choisir entre autoconsommation ou revente. Commençons par voir les deux types d’autoconsommation possibles.

L’autoconsommation totale

Lorsqu’un ménage consomme l’intégralité de sa production d’électricité verte, alors on parle d’autoconsommation totale.

Dans les faits, c’est difficile, voire impossible, d’y parvenir sans s’équiper de batteries solaires pour stocker l’énergie.

Découvrez les batteries solaires pour de l'autoconsommation totale
Les batteries lithium-ion sont les plus performantes du marché.

Sans dispositif de stockage, cela signifie que votre niveau de consommation doit être égal à votre niveau de production.

Problème ? Votre installation produit la journée et davantage lorsque le soleil est à son apogée. Mais les pics de consommation d’un ménage sont le matin et le soir.

Sachez que le raccordement au réseau Enedis est obligatoire sauf si le bâtiment se trouve en site isolé.

Le plus réaliste est de tenter de s’en approcher au maximum en changeant ses habitudes mais on parle alors de consommation partielle.

L’autoconsommation partielle

À l’inverse de ce que nous venons de voir, lorsque vous ne consommez qu’une partie de votre production d’électricité, on parle d’autoconsommation partielle.

Il y a présence d’un surplus ou excédent d’énergie non consommée qu’il va falloir gérer. Le plus souvent, les particuliers ne parviennent à autoconsommer que 30% de leur production. Le reste c’est du surplus.

Dans cette configuration, cet excédent est soit injecté sur le réseau contre rémunération ou à titre gratuit, soit perdu.

Pour faire un maximum d’économies, il faut que ce surplus soit minimal. Plus vous consommez votre propre électricité photovoltaïque, plus votre facture d’énergie baisse. Vous pouvez ensuite générer un revenu supplémentaire en vendant la part d’électricité non consommée.

Installation en autoconsommation : Les éléments à prendre en compte  

Pour augmenter le taux d’autoconsommation, il est essentiel de dimensionner au plus juste votre installation. Il faut également revoir quelque peu ses habitudes de consommation.

Voyons cela ensemble.

Choisir le bon dimensionnement

Vos panneaux solaires doivent être adaptés à vos besoins et à votre habitation, pour consommer un maximum d’énergie produite.

Pour choisir le nombre de panneaux à installer et leur puissance, vous devez :

  • Estimer votre consommation énergétique annuelle. Pour cela vous n’avez qu’à vérifier vos factures sur l’année précédente.
  • Calculer la surface dont vous disposez pour installer vos panneaux photovoltaïques. Que ce soit en toiture ou au sol, vous devez connaître la place disponible pour la pose de vos panneaux. Pensez à soustraire les velux, cheminées ou autres obstacles pouvant être présents sur votre toit.

Avant l'installation de panneaux en autoconsommation, prenez en compte le dimensionnement
Exemple d’installation solaire pour laquelle il a fallu prendre en compte la présence de fenêtres.

  • Prendre en compte le taux d’ensoleillement de votre région, les zones d’ombre, l’inclinaison et l’orientation de votre toiture. Chacun de ces éléments impacte la production d’une installation solaire.

Pour avoir une idée de la puissance en watt-crête de panneaux à installer sur votre maison, vous pouvez utiliser notre simulateur en ligne. C’est rapide et gratuit.

Une fois que vous avez déterminé tout ça, il ne reste plus qu’à adopter quelques nouvelles habitudes.


Changer ses habitudes de consommation

Pour maximiser vos économies, vous devez équilibrer vos périodes de consommation et de production.

L’idéal est d’être équipé(e) d’appareils électroménagers programmables. Grâce à ça, vous pouvez les programmer pour qu’ils fonctionnent en journée lorsque vos panneaux photovoltaïques produisent beaucoup.

Je vous conseille aussi de programmer votre chauffe-eau électrique pour qu’il se mette en route la journée et non la nuit comme c’est souvent le cas.

La dernière astuce est d’investir dans un système de domotique. Avec un pilotage intelligent vos appareils électroniques s’allument quand vos panneaux produisent. 

Avant l'installation de panneaux en autoconsommation, prenez en compte vos habitudes de consommation énergétique
Illustration des possibilités offertes par une box domotique.

Si vous réussissez à équilibrer un peu les deux, vous pouvez consommer jusqu’à 70% de votre propre électricité.

Installation en revente totale : Quelles spécificités ?

Mais il n’est pas obligatoire de consommer l’électricité produite par son installation solaire. Il est aussi possible de la revendre en totalité.

Si tel est votre choix, sachez que vous ne pouvez bénéficier d’aucune aide à l’investissement.

Dans cette configuration, il faut que les panneaux soient posés par un installateur certifié RGE. Vous devez également signer un contrat avec EDF OA ou un autre fournisseur d’énergie apte à racheter votre électricité.

Une fois par an, à la date d’anniversaire de mise en service de vos panneaux solaires, vous devez facturer les kilowattheures transmis à votre fournisseur. Celui-ci vous règle ensuite le montant correspondant.

Autoconsommation ou revente : Quelle rentabilité ?

Maintenant que nous avons vu les différents modes d’utilisation, parlons finance. Si pour certains, passer à l’énergie solaire est uniquement un geste écologique, pour la majorité, c’est aussi un moyen de faire des économies d’argent.

L’objectif est alors de faire un investissement rentable.

Autoconsommation totale

Comme je vous l’ai expliqué, elle est très difficile à atteindre sans s’équiper de batteries solaires. Or, une batterie a un prix assez élevé.

Leur coût devrait baisser dans les années à venir. Je vous conseille d’attendre avant d’en acheter car il est tout à fait possible de les ajouter à vos panneaux après coup.

Sans oublier que ce type d’installation n’est pas éligible à la prime à l’autoconsommation. Dès lors que l’on parle d’autoconsommation totale l’installation n’est pas raccordée au réseau. Sans raccordement pas de subvention. C’est une aide non négligeable qui permet de réduire le montant de l’investissement initial.

Pour terminer, si vous avez un excédent de production celui-ci est perdu alors qu’il pourrait vous rapporter un peu d’argent.

En optant pour cette solution, vous réduisez fortement vos factures d’électricité mais vous mettrez plus de temps à rentabiliser votre système.

Revente totale de la production

Ces installations sont de moins en moins rentables car le prix de rachat de l’électricité ne cesse de diminuer chaque trimestre. Exception faite cette année, en raison de la crise liée au coronavirus, le tarif de rachat reste fixe sur le deuxième trimestre 2020.

Sans oublier que ce type d’investissement n’est éligible à aucune aide financière de l’État.

Voici à quel prix vous pouvez vendre 1 kWh, si vous choisissez la revente totale :

Ce tableau vous indique les tarifs de vente de l’électricité.

Des 3 options, c’est la moins rentable du lot. Cela s’explique par le fait que l’État souhaite encourager les particuliers à consommer leur propre électricité verte. Or, en revente totale, vous en produisez mais consommez celle du réseau ce qui n’est pas très écologique.

Autoconsommation avec revente du surplus

C’est la solution privilégiée des Français. Pourquoi choisir entre autoconsommation et revente quand on peut faire les deux ?

Ici, vous consommez votre production d’électricité et la part qui n’est pas consommée est revendue à EDF ou un fournisseur d’énergie de votre choix.

Vous maximisez la rentabilité du projet car :

  • vous payez moins cher vos factures d’électricité,
  • vous gagner des revenus complémentaires grâce à la vente du surplus,
  • vous bénéficiez de la prime à l’autoconsommation pour vous aider à financer vos panneaux.

Pour information, voici les tarifs de rachat lorsque l’on parle de surplus :

 

En tant que producteur, vous devez signer un contrat d’achat avec EDF OA qui fixe le tarif de rachat du kWh pour 20 ans.

Calculez la rentabilité pour de l'autoconsommation avec revente du surplus
Exemple de panneaux photovoltaïques installés en toiture.

Avant de se quitter, je vous propose de voir l'évolution du tarif de rachat.

Comment évolue le tarif de rachat photovoltaïque ?

Le tarif de rachat photovoltaïque a tendance à baisser ces dernières années. Ça s'explique tout simplement par le nombre d'installations et leur rentabilité qui augmente.

Mais je vous rassure, avec les contrats à prix fixe, votre investissement est sécurisé. Je m'explique.

Si vous optez pour une installation maintenant, vous partez pour une durée de 20 ans. Du coup vous ne serez pas impacté(e) par cette baisse.

Je vous fais tout de suite un résumé de ce qu'il faut retenir.

Autoconsommation ou revente : Ce qu’il faut retenir

Ce guide touche à sa fin.

Vous l’aurez compris, aujourd’hui le plus rentable est de choisir l’autoconsommation avec revente du surplus.

L’essentiel est de bien dimensionner son installation solaire et de changer sa manière de consommer l’énergie. Cela vous permet de faire davantage d’économies.

Si vous avez des questions auxquelles je n’ai pas répondu, n’hésitez pas à me les poser dans la section commentaire juste en dessous. Vous pouvez aussi me faire part de votre projet pour en discuter. C’est toujours plus facile d’avancer avec des informations qui correspondent à son projet personnel.

Évaluez notre guide

5.0
/5
1
vote(s)
Merci !
Rafraîchir
Oops! Something went wrong. Check all fields.