L’autoconsommation qu’est-ce que c’est ?

L’autoconsommation c’est la consommation d’une ressource que vous produisez vous-même. Très souvent on parle d’autoconsommation photovoltaïque.

C’est bien d’autoconsommation photovoltaïque dont on va parler dans ce guide.

Si vous souhaitez installer des panneaux solaires pour réduire votre facture d’électricité vous êtes au bon endroit. 

Je vous explique tout ce qu’il y a à savoir sur ce mode de consommation. 

À la fin de votre lecture vous allez pouvoir estimer la rentabilité de votre projet. Vous allez aussi avoir une idée du prix que ça va vous coûter et des économies que vous allez faire.

Pour commencer vous devez être au point sur le fonctionnement de votre future installation. C’est super important de comprendre comment vos panneaux produisent de l’électricité parce que ça vous aide à choisir les plus adaptés pour vous.


Comment fonctionne un panneau solaire en autoconsommation ?

Le fonctionnement d’un panneau solaire en autoconsommation n’a rien de sorcier.

Le panneau est recouvert de cellules photovoltaïques. Elles sont faites à base de silicium, c’est un matériau semi-conducteur qui contient des électrons. 

On ajoute du phosphore et du bhor pour que le capteur ait une borne positive et une borne négative (comme pour une pile électrique). 

Une fois que c’est fait, les photons qui sont présents dans la lumière du soleil, font circuler les électrons qui se trouvent dans le capteur photovoltaïque.

C’est à ce moment-là qu’un courant électrique est créé. Pour que ce courant puisse être utilisé il faut que le panneau soit relié à un onduleur ou à une batterie.

À la sortie du panneau le courant est continu, il faut le transformer en alternatif (sinon vous ne pouvez pas le consommer chez vous). C’est l’onduleur photovoltaïque qui convertit le courant.

Les bases sont maintenant posées. On continue avec le prix, c’est l’un des aspects les plus importants pour avoir une installation en autoconsommation rentable. 


Quel prix pour une installation en autoconsommation ?

Je vous ai fait un tableau qui récapitule les prix à ne pas dépasser  : 


Comme vous pouvez le voir le prix dépend de la puissance que vous allez installer. 

Ce qui veut dire que pour payer le prix juste vous devez dimensionner parfaitement votre installation. 

Elle ne doit pas être trop puissante. Sinon vous allez payer plus cher et vous n’allez pas pouvoir utiliser toute votre production d’électricité. Vous faites quand même des économies mais votre retour sur investissement est plus long.

Dans le cas inverse, si elle n’est pas assez puissante votre potentiel d’économie n’est pas exploité à 100%. Notez que dans ce cas vous pouvez ajouter des panneaux photovoltaïques plus tard. 

C’est donc préférable de partir sur une petite puissance et faire évoluer votre installation. Mais le mieux reste quand même d’avoir le dimensionnement parfait dès le début. 

‍On regarde tout de suite comment choisir la bonne puissance. 


Quelle puissance choisir pour l’autoconsommation ? 


C’est simple, il faut que la puissance soit au maximum adaptée à vos besoins annuels en kilowattheure (kWh). 

Vous pouvez trouver cette info sur votre facture d’électricité. Votre consommation à l’année est inscrite dessus.

Je vous ai fait un petit tableau pour vous aider à vous positionner : 



Attention ces valeurs sont approximatives. Je vous les donne pour vous faire une idée mais le dimensionnement prend plein de facteurs en compte.

Si vous voulez avoir un chiffrage précis il faut faire une étude de rentabilité. Si jamais ça vous intéresse on offre ce service. Vous pouvez cliquer ici et on programme votre étude. 

Maintenant vous devez avoir une idée un peu plus précise de l’investissement à faire. Bonne nouvelle il faut aussi prendre en compte les aides de l’État dans le prix final. 

Quelles aides pour l’autoconsommation ?


La plus importante c’est la prime à l’autoconsommation, je vous laisse jeter un œil aux montants : 



Petit aparté qui a tout son importance : vous ne la touchez que si vous vendez votre surplus d’électricité à EDF OA. C’est ce qu’on appelle l’autoconsommation partielle, on y revient plus tard dans le guide. 

D’ailleurs voici les tarifs de rachat pour votre surplus : 



Une petite dernière pour la route, très souvent vous avez le droit à une TVA réduite. Je vous ai répertorié les taux réduits ici : 



Je m’arrête ici on a vu les aides les plus importantes. Si jamais vous voulez connaître toutes celles qui existent je les ai répertoriées dans un pdf téléchargeable. Vous pouvez cliquer ici pour le consulter.

Maintenant que vous en savez plus sur l’aspect financier on passe à l’aspect plus technique. Pour que votre projet soit vraiment réussi il faut la bonne puissance mais il vous faut aussi les bons panneaux.


Quels panneaux solaires choisir ?

Pas facile de savoir quels panneaux solaires choisir parmi les nombreux proposés sur le marché. On regarde ça ensemble.

Déjà il existe trois types de cellules :

- amorphes

- polycristallines

- monocristallines

Je ne reviens pas sur les cellules amorphes et polycristallines. Leur rendement n’est pas très bon on va donc passer directement au monocristallin. 

Ce sont eux qui possèdent le meilleur rendement et ils sont aussi plus esthétiques. Pour faire votre choix il faut ensuite prendre trois critères en compte : 

  • le rendement, je vous conseille de ne pas descendre en dessous de 18%
  • La puissance, à voir en fonction du dimensionnement de l’installation
  • Les garanties proposées

Je reviens sur le dernier point, la plupart des panneaux solaires sont garantis 25 ans. Ce n’est donc pas sur la garantie produit qu’il faut se baser pour les différencier.

Ce à quoi il faut faire attention c’est la garantie de production linéaire. C’est une garantie qui vous assure un niveau de production après les 25 premières années de fonctionnement.

Les meilleurs panneaux proposent une garantie linéaire à plus de 80%. 

Il existe plein d’autres garanties mais c’est elle la plus importante. Si jamais vous voulez jeter un œil aux autres vous pouvez cliquer ici. Je vous les ai répertoriées dans un pdf téléchargeable. 

Maintenant que vous savez comment choisir vos capteurs solaires, j’aimerais vous parler de l’onduleur.


Quel onduleur choisir pour l’autoconsommation ?

Un peu plus haut, j’ai abordé le sujet des micro-onduleurs ou plutôt de l’onduleur. Un petit rappel au cas où : 

L’onduleur, c’est le boîtier qui vous permet de transformer le courant continu produit par votre installation photovoltaïque en courant alternatif. Sans lui vos appareils ne peuvent pas utiliser l’électricité photovoltaïque. 

Il existe plusieurs types d’onduleurs. 

Un onduleur de chaîne ou onduleur central est relié en série à tous vos panneaux solaires. Ça veut dire que si une ombre recouvre l’un d’eux, toute la production d’électricité s’arrête.

Si vous ne pouvez pas éviter les zones d’ombre sur votre toiture ça peut considérablement impacter votre rentabilité. Pas d’inquiétude il existe plusieurs solutions. 

Les micro-onduleurs.

C’est comme un onduleur mais en plus petit. Il est fixé sous le panneau, ça veut dire que chaque panneau est indépendant. Donc si l’un de vos capteurs solaires est à l’ombre les autres continuent à produire de l’électricité. Vous pouvez aussi avoir un micro-onduleur pour deux panneaux.

Du coup on peut dire que la production d’une installation photovoltaïque est plus élevée avec des micro-onduleurs. En parlant de production, il faut qu’on s’y attarde avant d’aller plus loin. 


La production d’un panneau solaire en autoconsommation

Je vous ai dit plus haut que la puissance de votre installation doit être adaptée à votre consommation. Ça veut dire que si vous avez besoin de 5 000 kWh à l’année. Dans l’idéal la production de vos panneaux solaires doit être de 5 000 kWh d’électricité photovoltaïque. 

On regarde tout ça plus en détail. Reprenons les bases, si vous êtes à l’aise avec les unités de mesure vous pouvez passer la partie qui suit.


Comment différencier kWc, kWh et Watt Crête

Quand on parle d’électricité, on la mesure en watt. Pour vous vous donner un exemple simple : si vous avez un micro-onde de 800 watts, ça veut dire qu’il consomme 800 watts sur le réseau électrique pour fonctionner. 

Quand on regarde un panneau solaire, la puissance est indiquée en Watt-crête (Wc). Le Wc est différent du watt. C’est la puissance maximale que peut atteindre votre capteur solaire. Ça veut dire que si vous posez un panneau de 375 Wc, il ne produira pas forcément 375 Watts. Par contre, dans des conditions optimales il pourra produire 375 Watts.

Pour ce qui est du kWh, c’est tout simplement ce que produit une installation en une heure. Pour vous donner une idée, une installation de 3 kWc peut produire en moyenne 3 600 kWh sur une année.

Je vous ai parlé de conditions optimales de production et c’est important. J’approfondis un peu plus le sujet.

Quels facteurs influent sur la productivité d’un panneau solaire ?

Beaucoup de paramètres entrent en jeu quand il s’agit d’avoir des panneaux solaires performants. Je vous donne les principaux :

  • Le niveau d’ensoleillement et le climat de votre région
  • L’exposition de vos panneaux solaires
  • L’orientation des modules
  • Les obstacles éventuels qui peuvent faire de l’ombre sur les capteurs

Vous n’allez pas pouvoir modifier le temps qu’il fait chez vous pour produire plus d’énergie solaire. Mais un bon installateur va poser vos panneaux de façon à ce qu’ils soient dans les meilleures conditions de production.

Ça paraît évident, la meilleure exposition à choisir c’est le sud. Attention l’est et l’ouest ne sont pas à bannir pour autant. Toutes les expositions sont rentables, il faut juste éviter le nord. 

Quelle que soit l’orientation de vos panneaux, leur inclinaison est primordiale. Le mieux c’est de les incliner à 30° mais ce n’est pas toujours possible. Ça dépend de la pente de votre toit.

Si vous voulez en discuter avec un de nos experts, vous pouvez cliquer ici pour demander à être rappelé(e).

Attention ce n'est pas parce que vos panneaux produisent bien que vous allez faire des économies. Le plus important c'est d'avoir un bon taux d'autoconsommation. Si vous voulez devenir autonome, il faudra aussi avoir un bon taux d'autoproduction.

Comment être autonome en électricité ?

Être autonome en énergie signifie que vous produisez l'énergie dont vous avez besoin. Pour ça, vous devez connaître le nombre de panneaux solaires nécessaires pour une maison autonome.

C'est une question de dimensionnement.

Vous devez déterminer 3 éléments :

  • Votre consommation énergétique : vous pouvez la trouver en regardant vos factures d'électricité et en une moyenne annuelle
  • La surface disponible pour votre installation
  • La puissance de panneau la plus adaptée

Pour mieux comprendre comment être autonome, il faut faire la différence être autoproduction et autoconsommation.


Autoproduction et autoconsommation


Il ne faut pas confondre le taux d’autoconsommation et d’autoproduction.

Votre taux d’autoconsommation c’est tout simplement le rapport entre l’électricité que vous consommez sur l’électricité que vous produisez.

Alors que le taux d’autoproduction c’est le niveau d’autonomie de votre maison par rapport au réseau. Pour le dire plus simplement c’est le rapport entre l’électricité que vous produisez sur la totalité de votre consommation.‍


Autoconsommation ou revente : quelle est la meilleure option ?

Vous voulez produire de l’énergie solaire ? Alors vous devez faire un choix entre l’autoconsommation ou la revente.

En fait vous avez plusieurs options, il y en a 3 plus répandues que les autres : 

  • Vous pouvez consommer toute votre production photovoltaïque ( c’est ce qu’on appelle l’autoconsommation totale) 
  • Vous pouvez vendre une partie de votre électricité (autoconsommation partielle) 
  • Vous pouvez vendre la totalité de votre production photovoltaïque (vente totale)

Pour trancher il faut simplement comparer le montant des économies à réaliser. On regarde ça ensemble.


L’autoconsommation totale :


Le but de l’autoconsommation totale, c’est de se passer le plus possible du réseau public. Comment ? En utilisant 100% de l’électricité produite par vos capteurs photovoltaïques. 

En pratique ça peut être assez compliqué à atteindre. Vous devez installer des batteries pour stocker l’énergie que vous n’avez pas pu consommer en journée. 

Sauf si vous installez une petite puissance. Si vos panneaux produisent moins d’électricité que ce dont vous avez besoin, vous allez forcément tout consommer. On est bien d’accord que ce n’est pas le but, il faut que votre production soit en accord avec vos besoins.

En autoconsommation totale vous allez faire beaucoup d’économie si vous arrivez à avoir un taux d’autoconsommation élevé. D’ailleurs si vous voulez quelques conseils j’ai répertorié quelques astuces qui permettent d’augmenter ce taux. Vous pouvez cliquer ici pour recevoir votre pdf.

Par contre si vous n’arrivez pas à tout consommer, vous allez avoir un surplus. Ce surplus sera perdu ou injecté gratuitement dans le réseau public.

Pour éviter ça vous pouvez opter pour l’autoconsommation partielle. Pour ne rien vous cacher, c’est la solution que je préfère.


L’autoconsommation partielle :


L’autoconsommation partielle, c’est le fait de consommer une partie de sa production et de vendre l’autre. 

La partie que vous autoconsommez doit être la plus importante. Plus vous autoconsommez, moins vous achetez d’électricité à EDF. Et comme bien souvent on n’arrive pas à tout consommer, le reste vous est racheté.

Ça vous fait un revenu supplémentaire en plus des baisses de factures. 

Les kilowattheures (kWh) que vous ne consommez pas sont rachetés à un tarif fixé par EDF OA pour 20 ans.

Voici les tarifs actuels : ‍



La revente totale :

Avec la vente totale vous ne faite pas d’économie d’énergie. Par contre vous pouvez tirer des revenus de votre installation. Il faut juste savoir qu’aujourd’hui les tarifs ne sont plus très intéressants. C’est pour ça que beaucoup optent pour l’automatisation.

Ceci dit vous pouvez quand même être rentable si : 

  • Vous avez une grande surface disponible pour installer une grosse puissance
  • Vous consommez très peu d’électricité 

‍Au vu des augmentations répétitives du prix de l’électricité je vous conseille quand même l’autoconsommation. 


L’autoconsommation photovoltaïque sans revente


L’autoconsommation photovoltaïque sans revente c’est à peu près la même chose que l’autoconsommation totale. En fait vous pouvez essayer de consommer toute votre électricité tout en vendant quand même votre surplus quand vous en avez.

Ici c’est différent vous pouvez choisir de ne pas vendre votre surplus. Soit vous décidez de céder gratuitement l’énergie pour en faire profiter le voisinage. Soit vous décidez de ne pas réinjecter votre production dans le réseau.


L’autoconsommation zéro injection : c’est possible ?

Avec une puissance inférieure ou égale à 36 kWc, il est possible de choisir de ne pas injecter votre surplus dans le réseau.

Pour ça, votre onduleur ou vos micro-onduleurs doivent être bridés. Ça engendre un coût supplémentaire mais c’est obligatoire pour signer une convention d’autoconsommation sans injection (CASI) avec Enedis.

Vous avez également l’obligation de changer votre compteur électrique pour passer à un compteur Linky. Ce système vous permet de connaître en temps réel vos données d’autoconsommation.

Pour faire un tour d’horizon complet des solutions d’autoconsommation, je dois vous parler de l’autoconsommation collective.


L’autoconsommation collective

C’est ce qui s’oppose à l’autoconsommation individuelle.

Quand plusieurs consommateurs d’électricité sont liés entre eux pour autoconsommer, on parle d’autoconsommation collective

Cette démarche est grandement encouragée par l’Europe car elle permet de faciliter le développement des énergies renouvelables.

Malheureusement, le cadre juridique qui entoure l’autoconsommation collective est flou et ça freine son développement.

Aujourd’hui, la France ne prévoit pas d’aides pour ce genre d’installations. Des projets ont tout de même été mis en place grâce au financement de collectivités territoriales ou avec des campagnes de crowdfunding.

On a fait le tour de toutes les options d’autoconsommation. Si vous hésitez entre plusieurs dites-le moi dans les commentaires. Je vous aiderai à prendre une décision.

Maintenant que vous connaissez toutes les options d’autoconsommation, je vais vous parler un peu plus de la revente à EDF. C’est important parce que beaucoup d’entre vous vont choisir la vente de surplus. Il faut donc savoir comment ça fonctionne.


Pourquoi revendre son électricité à EDF ?

Comme je vous l'ai dit vous avez deux possibilités la revente partielle ou totale. La revente d'électricité à EDF vous permet de réaliser des économies sur votre facture.

L'avantage c'est que vous avez un revenu supplémentaire (et ça, on ne dit pas non). Et comme les contrats durent 20 ans, EDF OA s'engage à vous rémunérer au même tarif pendant cette période.

Après vous pouvez faire le choix de revendre à un autre fournisseur, c'est totalement possible. On les appelle des entreprises locales de distribution (ELD), il en existe une centaine en France.

Laissez-moi vous expliquer les démarches pour revendre votre électricité.


Comment revendre son électricité EDF OA solaire ?


Pour vendre votre électricité à EDF OA solaire vous devez être éligible à l'obligatoire d'achat.

Je vous rassure il n'y a pas beaucoup de paperasse, certains installateurs s'en chargent même à votre place.

Une fois votre installation posée, le Consuel doit vous délivrer une attestation pour la mise en service de vos panneaux. Vous pourrez ensuite demander le raccordement à ENEDIS. Pour ça il faudra faire votre demande en ligne ou remplir un formulaire en agence.

Pour revendre votre électricité, vous devez créer un compte sur le site d'EDF OA et renseigner les éléments demandés.

Vous n'aurez plus qu'à facturer votre production pour ça il faut vous rendre sur votre espace producteur.

Quoiqu’il arrive le but c’est d’autoconsommer plus que de revendre. Pour optimiser votre taux d’autoconsommation il faut respecter quelques règles. Pas d’inquiétude ce n’est rien de très contraignant. 


Comment gérer son autoconsommation photovoltaïque ?

Installer des panneaux photovoltaïques sans savoir comment gérer son autoconsommation, c’est l’assurance de rater de belles économies.

Je vous donne tout de suite quelques astuces pour adapter au mieux votre consommation d’électricité verte.


La récupération de données :


À l’aide d’une passerelle de communication et d’un compteur linky, vos panneaux peuvent transmettre des informations sur leur production d’électricité. 

Ce sont ces informations qui vous permettent d’optimiser votre consommation d’électricité photovoltaïque.

En ayant des infos précises sur la production vous pouvez facilement adapter votre consommation. 


Les prises connectées :


Les prises connectées sont des prises électriques intelligentes qui permettent de contrôler l’allumage de vos appareils avec l’aide d’une application.

Vous pouvez donc les piloter à distance et les mettre en marche lorsque l’ensoleillement est au plus fort. Cette solution est très facile à mettre en place et peut vous faire réaliser de belles économies.

Bien-sûr, je ne peux pas parler de gestion de l’autoconsommation sans revenir un peu sur l’utilisation des batteries.


Le stockage d’énergie photovoltaïque :

J’ai déjà abordé le sujet avec vous.

Pour stocker l’excédent d’énergie produite par vos panneaux, vous pouvez installer des batteries. Elles vous permettent d’utiliser l’électricité quand vous le voulez.

C’est une solution très avantageuse pour autoconsommer de manière optimale. Si ça vous intéresse j’ai répertorié les meilleures solutions pour vous. Vous pouvez cliquer ici pour consulter mon comparatif. 


L’onduleur intelligent :


L’onduleur c’est le boîtier électronique qui vous permet de transformer le courant continu de vos panneaux solaires en courant alternatif. C’est celui qui est compatible avec votre maison.

Lorsqu’on le dit intelligent ou hybride, c’est qu’il est capable de gérer lui-même l’énergie produite par votre système.

En fonction de vos besoins il décide : 

  • d’envoyer le courant dans votre logement 
  • d’envoyer le courant dans vos batteries solaires 
  • d’envoyer le courant vers le réseau public


La gestion du chauffe-eau :


L’eau chaude est le deuxième poste de dépense énergétique des foyers français. Si vous l’alimentez avec l’électricité verte que vous produisez, votre facture en sera considérablement allégée.

Pour chauffer votre eau avec l’énergie photovoltaïque, il faut d’abord installer un régulateur de puissance. Cet outil gère le surplus d’électricité produite et l’envoie vers une résistance pour chauffer l’eau de votre ballon.

Vous pouvez également gérer l’alimentation de votre chauffe-eau en installant une commande sur votre tableau électrique.

Grâce à ça, votre chauffe-eau peut être automatiquement mis en marche en journée.

Autrement dit, c’est l’assurance de faire des économies. Et pour aller encore plus loin, on peut même adapter ses habitudes de consommation. Je vous explique comment faire.


Inversez vos habitudes de consommation

Optimiser votre consommation d’énergie solaire, ça revient à faire l’inverse de toutes vos habitudes. Vous allumez votre machine à laver la nuit et pendant les heures creuses ? Maintenant, il faudra la mettre en marche en pleine journée.

Votre installation photovoltaïque ne produit que quand il fait jour. C’est donc à ce moment-là qu’il faut faire fonctionner un maximum d’appareils.

Autant vous dire que les prises connectées et les traditionnels programmateurs seront vos meilleurs alliés.

N’oubliez pas également de brancher vos appareils rechargeables en journée pour pouvoir en profiter une fois le soleil couché.


Devis photovoltaïque en autoconsommation : vérifiez avant de signer

Votre projet solaire se concrétise ? Je vous conseille de vous rapprocher de professionnels afin d’obtenir un devis photovoltaïque en autoconsommation.

Le devis sera différent en fonction de votre situation :  

  • Soit vous êtes déjà propriétaire d’une centrale solaire en revente totale et vous voulez basculer en autoconsommation, 
  • soit vous en installez une pour la première fois.

Je reviens en détail sur ces deux cas.


Vous n’avez pas d’installation solaire ?


Si c’est votre première installation photovoltaïque il faut faire attention à ces points : 

  • La surface disponible pour l’installation
  • Le taux d’ensoleillement de votre région
  • La consommation électrique annuelle de votre foyer
  • Le budget dont vous disposez

Si vous voulez faire une estimation rapide vous pouvez utilisez notre simulateur en ligne. Ce n’est pas aussi fiable qu’une vraie étude de rentabilité mais ça vous donne déjà une base.

Si vous préférez partir sur une vraie étude vous pouvez aussi la faire avec nous. Cliquez ici et on vous rappel. 


Vous avez déjà une installation solaire

Vous possédez des panneaux solaires en revente totale sur votre toiture et vous souhaitez évoluer vers l’autoconsommation ? Dans ce cas deux choix s’offrent à vous :

  • L’installation de nouveaux panneaux solaires pour associer autoconsommation et revente
  • La transformation de votre installation existante pour passer à l’autoconsommation

Je vais vous expliquer en quoi la rentabilité de ces deux options est différente.

Lorsque vous avez signé un contrat de rachat avec EDF OA, les tarifs étaient plus avantageux que ceux d’aujourd’hui. C’est un avantage qu’il est plus sage de conserver. Sans oublier que les contrats avec EDF OA s’étalent sur 20 ans et qu’une rupture entraîne des frais.

Si votre période d’engagement est terminée, tous les voyants sont au vert pour passer à l’autoconsommation. Pour y parvenir, une modification des raccordements de votre système solaire est nécessaire. Cette opération est simple mais elle engendre tout de même un coût.

Votre première installation solaire est déjà rentabilisée ? Je vous conseille alors d’en réaliser une deuxième. Comme ça vous conservez vos tarifs de revente et vous faites des économies sur votre facture d’électricité grâce à l’autoconsommation.


Que comporte un devis photovoltaïque complet ?

Lorsque vous avez des devis sous les yeux, vérifiez qu’ils fassent bien apparaître :

  • Les panneaux solaires (avec leur puissance en kWc)
  • Le cablâge électrique
  • L’onduleur (ou les micro-onduleurs)
  • Le coffret AC/DC
  • La main-d’oeuvre
  • Le système de fixation

D’autres frais peuvent ensuite être mentionnés pour le déplacement, la pose, la mise en service, le raccordement ou encore les démarches administratives.


Comment faire son choix entre plusieurs devis photovoltaïques ?


Si plusieurs devis ont des prix corrects, il est plus difficile de faire un choix. Pour sélectionner la meilleure des offres, voici quelques éléments à comparer :

  • La puissance en kWc
  • Le type de technologie photovoltaïque
  • La garantie linéaire de production : cette garantie n’est pas obligatoire mais elle est un gage d’implication de la part d’une entreprise.

Si ça vous intéresse j’ai récapitulé tous les points de vigilance à contrôler sur vos devis. Je vous laisse cliquer ici pour recevoir les étapes à suivre en pdf.

Il existe une façon d’installer une centrale solaire sans avoir besoin de devis. Je vous explique tout de suite ce dont je parle.


Que penser des kits solaires en autoconsommation ?


Vous avez peut-être envisagé d’installer vous-même une centrale photovoltaïque.

Un kit solaire peut correspondre à votre projet, mais je préfère vous dire que ça vous prive de quelques avantages.

Pas d’autorisation pour revendre votre surplus : Et c’est dommage, chaque kWh non consommé vous rapporte de l’argent.

Pas d’aides de l’État : l’État accorde des aides uniquement aux installations en autoconsommation réalisées par des techniciens certifiés RGE. Les kits installés vous-même sont donc exclus.

Pas de conseils d’un expert, pas d’assistance, pas d’assurance décennale :

Une installation solaire doit être pensée et réalisée en fonction de vos besoins en énergie. 

Si vous installez un kit solaire, vous ne pourrez compter que sur vous. 

Nous avons vu les grandes lignes de l’autoconsommation. Avant de terminer ce guide je vous propose de jeter un œil aux avis des producteurs sur l’autoconsommation. 

Panneau solaire autoconsommation avis


Le mieux pour se faire une idée c’est de lire des avis sur les panneaux solaires en autoconsommation. On a suivi l’histoire de Franck, agent immobilier, qui a décidé de devenir autonome.

Pour ça, il est passé à l’autoconsommation photovoltaïque partielle. Aujourd’hui il ne paye pratiquement plus de facture d’électricité. En plus de ça, il gagne 1 200 € par an grâce à la vente de surplus. Avec cet argent il achète du bois pour se chauffer l’hiver.

Son but c’est de remplacer son salaire par son autonomie énergétique. Il est plutôt bien parti pour y arriver. Ça vous donne envie ? Vous pouvez toujours nous appeler pour qu’on discute de votre transition énergétique c’est gratuit et ça ne vous engage en rien. 

Évaluez notre guide

5.0
/5
2
vote(s)
Merci !
Rafraîchir
Oops! Something went wrong. Check all fields.