Pourquoi se renseigner sur les aides à la rénovation énergétique en tant que locataire ?

Vous êtes locataire et vous voudriez faire baisser vos factures d’énergie. Quoi de plus normal ? 

Vous vous dites que même si vous louez votre logement, vous pourriez peut-être envisager des travaux. 

À la clef, ce sont des économies sur votre facture qui vous attendent.
Il est alors utile de vous renseigner sur les aides auxquelles vous pourriez prétendre. 


Nous allons donc aborder le dispositif le plus courant, celui de MaPrimeRénov' pour les pompes à chaleur.

Je vous parlerai ensuite des autres aides qui existent pour les locataires (CEE, TVA à taux réduit,...).

Nous ferons également le point sur la marche à suivre pour entreprendre des travaux dans un logement loué. Vous êtes prêt ? C’est parti.

Ai-je droit à MaPrimeRénov si je suis locataire ?

Autant vous le dire sans attendre, vous n’avez pas droit à l’aide de MaPrimeRénov'. Je vous explique pourquoi.

Les locataires exclus du dispositif de MaPrimeRénov

Cette aide financière regroupe l’ancien crédit d’impôts pour la transition énergétique (CITE) et l’aide « Habiter mieux Agilité » de l’Agence Nationale pour l’Habitat (ANAH).

En tant que locataire, MaPrimeRénov' ne peut pas vous être accordée pour votre projet de travaux. Peu importe que vous soyez dans les lieux depuis de nombreuses années ou pas. Peu importe également que l’état de votre maison ou de votre appartement soit déplorable.

Même si des travaux de rénovation énergétique sont urgents et indispensables à votre logement, vous n’aurez pas droit à MaPrimeRénov'. Tout simplement parce que ce dispositif ne vise pas les locataires.

Des conditions d’éligibilité strictes pour MaPrimeRénov'

Les bailleurs peuvent au contraire demander l’aide de MaPrimeRénov'.

Ce dispositif est ouvert aux propriétaires d’un bien immobilier. Même s’ils n’habitent pas les logements mais qu’ils les donnent en location, cela fonctionne.

Évidemment, la prime est accordée aux propriétaires aux revenus modestes.
Le but est de les inciter à entreprendre des travaux chez eux ou dans le bien loué à un tiers.

Autre condition : le logement doit avoir été construit depuis au moins 15 ans.
Seule exception, le délai est ramené à deux ans si les travaux visent à remplacer une chaudière au fioul.

Le niveau de l’aide varie entre 2 000 et 10 000 euros.

Est-ce que cela signifie qu’en tant que locataire, vous ne pouvez pas être aidé ? Bien sûr que non.

Des dispositifs existent pour alléger la facture de vos travaux de rénovation énergétique. On y vient tout de suite.

À quelles aides puis-je prétendre en tant que locataire pour réaliser des travaux de rénovation énergétique ?

Plusieurs aides financières sont prévues en France pour vous inciter à réaliser des travaux. On les passe en revue.

Les certificats d’économies d’énergie (CEE)

Appelés couramment CEE, ils sont délivrés par les fournisseurs à leurs clients. En tant que locataire, vous pouvez donc en bénéficier puisque vous avez signé un contrat d’électricité.

Elles portent en général le nom de « prime énergie ». Elle est mise en avant par tous les fournisseurs.
Il s’agit d’accorder une prime pour encourager les ménages à entreprendre des travaux de rénovation énergétique.

Le montant est calculé en fonction des revenus du ménage et du type de travaux. Le plus simple est de faire une simulation en ligne sur le site de votre fournisseur.

Les dispositifs Coups de pouce ouverts aux locataires

Une autre aide financière est accordée aux locataires pour leurs travaux énergétiques. Il s’agit des « Coups de pouce » également proposés par les fournisseurs.

Ils se déclinent en fonction du type de travaux envisagés : chauffage et/ou isolation.

Vous serez ainsi aidé si vous installez une pompe à chaleur, une chaudière biomasse ou encore si vous isolez vos combles ou les murs.

En tant que locataire, vous avez droit à cette aide financière, au même titre qu’un propriétaire.

Tout le monde peut y prétendre, sans condition de ressources. Mais bien sûr, le montant de la prime est calculé en fonction des revenus du ménage.

Le but est d’aider ceux qui en ont le plus besoin. Voici le montant minimum et maximum de l’aide  :

Je vous conseille de faire une simulation en ligne avant de vous lancer dans vos travaux. Cela vous permettra d’avoir un chiffre précis sur le montant que vous obtiendrez.

Le chèque énergie pour les foyers modestes

Si vous avez de faibles ressources, vous connaissez sans doute l’existence du chèque énergie.

Il s’agit d’un dispositif de prime financière destiné aux ménages les plus modestes pour régler leurs factures d’énergie. Mais il peut également servir à financer des travaux de rénovation énergétique.

Le chèque énergie est envoyé automatiquement aux bénéficiaires éligibles. Vous n’avez donc aucune démarche à réaliser pour l’obtenir.

Le montant du chèque varie en fonction des ressources du foyer et de sa composition.

Voici la fourchette des montants accordés :

Vous voyez que le montant peut vous soulager fortement pour régler vos factures d’énergie. Mais en ce qui concerne les travaux de rénovation énergétique qui se chiffrent souvent en milliers d’euros, c’est différent.

Le montant du chèque énergie reste une prime limitée pour financer des travaux d’une telle ampleur.
Mais il est tout de même important d’en connaître l’existence.

La TVA à taux réduit pour les travaux de rénovation énergétique

Enfin, n’oubliez pas que vos travaux se verront appliquer une TVA réduite.

Pour votre information, le taux classique de cette taxe est de 20%.

Je vous ai fait un tableau qui reprend le taux réduit applicable :

 

Vous voyez que la TVA à taux réduit est un dispositif incitatif qui permet de faire baisser le coût des travaux.

Pour en bénéficier, il suffit de remplir une attestation transmise par le professionnel qui réalise les travaux.

Mais maintenant que vous savez tout ça, il reste un point essentiel. La façon de procéder pour réaliser des travaux dans un logement loué. Je vous explique.

Quelle est la marche à suivre pour effectuer des travaux de rénovation dans un logement loué ?

Vous voulez améliorer votre logement pour réduire vos dépenses énergétiques.

Mais vous êtes locataire et les murs dans lesquels vous vivez ne vous appartiennent pas. Deux solutions s’offrent à vous.    

 

Demander au propriétaire de prendre les travaux à sa charge

D’abord, vous pouvez demander à votre propriétaire de financer les travaux. Mettez en avant les dispositifs d’aides financières auxquels il peut prétendre. N’oubliez pas MaPrimeRénov', il y a droit.

Si votre bailleur prend à sa charge la réalisation des travaux de rénovation énergétique, il en tire un bénéfice.
La valeur de son bien augmente, ce qui est un atout s’il vend par la suite.

Une toiture correctement isolée et des équipements de chauffage performants contribuent par exemple au bon état des logements. Votre propriétaire ne doit pas négliger cet argument.

En établissant un dialogue constructif avec votre bailleur, cela peut fonctionner.

Réaliser les travaux soi-même avec l’accord du propriétaire

Si votre propriétaire refuse de payer les travaux, une autre solution existe. Vous pouvez les prendre à votre charge.

Attention tout de même, vous êtes obligé d’obtenir l’accord de votre propriétaire.
Mais si vous payez, il n’y a aucune raison pour qu’il refuse.

Vous pouvez essayer de négocier une baisse de loyer pendant quelques mois en contrepartie des travaux. Cela fonctionne plus facilement au début du bail.

Si vous pensez rester des années dans ce logement, investir dans sa rénovation peut vraiment être une bonne idée.

Vos dépenses en électricité et/ou en gaz vont fortement diminuer si vous ciblez correctement les travaux à entreprendre.

ASTUCE : Faites réaliser les travaux par un professionnel qualifié RGE pour garantir leur bonne réalisation

 

Les aides à la rénovation énergétique pour les locataires : ce qu’il faut retenir

Nous avons fait le tour de la question des aides financières à la rénovation énergétique pour les locataires.

Vous avez retenu que MaPrimeRénov' n’était pas ouverte aux locataires. Seuls les propriétaires y ont droit. Mais d’autres aides existent pour vous. Leur montant varie en fonction du type de travaux envisagés et des revenus du foyer.

Une simulation en ligne est préférable avant de se lancer. Et une réflexion préalable sur l’ordre de réalisation des travaux est nécessaire : rénovation thermique avec l’isolation des murs et de la toiture ? Changement de chauffage pour un mode économique ?

Alors, allez-vous sauter le pas et réaliser votre projet de rénovation énergétique ?

Ce texte a été validé par
Léna

Léna est responsable des contenus éditoriaux. Elle travaille à nos côtés depuis plus de 3 ans. Son objectif est de vous donner toutes les clés pour engager votre transition énergétique rapidement et simplement.

Faites des économies cet hiver !
Protégez-vous des hausses tarifaires avant l'hiver en installant une PAC à prix réduits.
Pour vous aider, on a récapitulé toutes les aides cumulables à demander.
Je télécharge mon guide

Touchez jusqu’à 9 360€ d’aides avec MaPrimeRénov’

Je calcule mes aides

Évaluez notre guide

5.0
/5
1
vote(s)
Oops! Something went wrong while submitting the form.