Le chauffage autonome  : qu’est-ce que c’est ? 

Un chauffage autonome fait appel aux énergies renouvelables et surtout aux énergies disponibles localement. Comme le bois, qui est une ressource utilisée pour un poêle ou une cheminée. Ou encore le chauffage solaire qui produit ses propres besoins en électricité.

Mais ce n’est pas le seul critère qui définit la notion de chauffage autonome. Son autonomie est de n’être ni reliée aux réseaux de gaz et d’électricité ni même au réseau d’eau.    

Le chauffage autonome a pour objectif de créer une indépendance énergétique, à partir de sa propre production d’énergie. De ce fait, il est à la fois écologique et très économique. 

Il est donc intéressant d’aborder sur le sujet : 

  • Les meilleures solutions pour être autonome en matière de chauffage
  • Le budget à prévoir ? 
  • S’il existe des aides pour financer un mode de chauffage autonome 
  • Et voir à quoi ressemble une maison avec un chauffage autonome  

Rentrons dans le vif du sujet et abordons ensemble les bons moyens d’être autonome pour se chauffer.

Comment procéder pour être autonome en chauffage ? 

Devenir autonome en matière de chauffage, c’est avant tout un état d’esprit. Je m’explique. Vous devrez nécessairement modifier vos habitudes et vos comportements, afin de réduire votre consommation et vos besoins énergétiques.

Mais, me direz-vous, comment faire concrètement pour développer sa propre autonomie en matière de chauffage ? 

L’autonomie en chauffage est envisageable si votre maison est totalement isolée. Que ce soient les murs, le sol, le toit, les ouvertures sans aucun pont thermique (défaut d’isolation qui entraîne des pertes de chaleur et diminue la résistance thermique).

Pour une maison en construction, la meilleure des solutions est d’opter pour une maison bioclimatique passive. Ce type de logement est conçu de sorte à ce qu’il n’y ait pas besoin de système de chauffage. 

Pour cela, la maison passive devra disposer d’une isolation thermique, d’un système de ventilation ainsi que d’une exposition solaire optimale. Mais pas uniquement. 

Les paramètres à prendre en considération pour votre maison 

La forme : comme la façade sud-est, celle qui capte le plus le soleil, elle devra être plus grande que les façades est et ouest. À noter aussi que plus la maison est compacte, moins elle subira de pertes thermiques.

Les pièces tampons : au nord, les pièces non chauffées (buanderie). Au sud, une serre ou une véranda pour diminuer le refroidissement nocturne et apporter des calories le jour. À l’est et l’ouest, les pièces qui ont besoin d’être tempérées (chambres). 

Les parois extérieures : le mur capteur, au sud, se compose d’une vitre séparée d’une étroite lame d’air. La chaleur va migrer dans le mur et se diffuser dans l’habitation. 

Les parois intérieures : elles doivent aussi stocker et diffuser de la chaleur. À l’aide de matériaux à forte inertie thermique, comme la terre crue, les briques de terre cuite remplies de sable ou de terre. 

Les sols : il devra y avoir des matériaux lourds pour emmagasiner la chaleur, entre l’isolation et la chape. Une couleur sombre accumulera plus de chaleur qu’une couleur claire. 

L’utilisation d’un puits canadien (provençal ou climatique) : c’est un conduit enterré, au travers duquel de l’air, provenant de l’extérieur, circule pour être insufflé dans l’habitat.  

Grâce à ces éléments, votre maison pourra consommer jusqu’à 80 % de moins qu'une maison classique.   

Mais vous pouvez aller encore plus loin, grâce à quelques astuces pour vous chauffer gratuitement.

Les astuces pour réduire sa consommation

Cela va passer par les éco-gestes du quotidien qui consistent, pour l’électricité :

  • À éteindre les appareils sans les laisser en veille
  • Débrancher les chargeurs 
  • Utiliser des ampoules à économie d’énergie 
  • Laver son linge à basse température
  • Privilégier les appareils à faible consommation
  • Éteindre les lumières des pièces dans lesquelles vous n’êtes pas 

Et pour l’eau :

  • Préférer les douches aux bains
  • Installer une chasse à double débit
  • Équiper les robinets et pommeaux d’économiseur d’eau 
  • Fermer l’eau pendant le brossage des dents 

Sans oublier le chauffage et la production d’eau chaude sanitaire. C’est le premier poste de dépense des ménages, qui représente 40 % de la consommation électrique d’un logement, selon le RTE (Réseau de transport d’électricité). 

Les astuces pour se chauffer gratuitement

Vous pourrez donc pour optimiser vos installations : 

  • Dégager les radiateurs de tout obstacle pour une bonne diffusion de la chaleur
  • Nettoyer régulièrement les radiateurs
  • Fermer les volets dès la tombée de la nuit
  • Favoriser un maximum l’entrée de la chaleur du soleil en journée
  • Fermer les portes des pièces peu ou pas chauffées
  • Utiliser des boudins de porte pour limiter les courants d’air
  • Faire entrer le soleil par les fenêtres et les baies vitrées 
  • Laisser la chaleur de la salle de bains se propager dans le logement après une douche
  • Profiter des plaques et du four 
  • Fermer les portes des pièces peu utilisées
  • Calfeutrer les fenêtres
  • Fermer les fenêtres la nuit
  • Aérer intelligemment
  • Installer des tapis épais
  • Allumer des bougies
  • Se couvrir à l’intérieur

Toutefois, ces optimisations ne sont pourtant pas suffisantes. Vous devrez en effet utiliser des moyens, écologiques bien sûr, pour chauffer directement votre logement. 

Mais quelles sont ces installations de chauffage ? 

Les installations de chauffage envisageables 

Plusieurs solutions ont été créées pour produire de la chaleur à partir de l’énergie solaire :

Le panneau aérovoltaïque 

Il utilise une technologie qui produit de l’électricité et de l’air chaud (ou froid) à l’aide d’amplificateurs de chaleur. Ce sont des espaces vides sous les capteurs solaires. 

L'effet produit ressemble à celui d’une serre, où la chaleur va être décuplée. Elle est ensuite insufflée dans votre maison, au moyen d’un système de ventilation. 

En été, pendant la nuit, les panneaux aérovoltaïques peuvent aussi dégager de l'air frais. C’est assez utile en pleine canicule.

Mais vous devez avoir en tête que ce chauffage est un chauffage d’appoint. Vous n’allez pas pouvoir atteindre une température très élevée si vous l’utilisez comme seule source de chaleur. Il s’avéra très intéressant au printemps et à l’automne.  

Je vous conseille donc de le coupler avec une chaudière au bois par exemple, lorsque les températures seront plus fraîches.  

Ces panneaux produisent également de l’électricité. C’est même leur fonction première. Grâce à eux, vous pourrez donc alimenter votre habitation en électricité et faire de l’autoconsommation. 

En bref, les panneaux aérovoltaïques combinent les avantages des panneaux solaires et d’une PAC. Ils vont donc vous permettre de réaliser des économies. 

Pourquoi ? Car vous allez consommer votre propre électricité verte et réaliser des économies de chauffage. Sans oublier le rafraîchissement en été et la ventilation qui va améliorer la qualité de l’air de votre intérieur. 

4 fonctions pour un seul équipement !

Voyons maintenant ce qu’il en est du système des pompes à chaleur, alimenté évidemment par de l’énergie solaire.

Les pompes à chaleur avec panneau solaire : 

Investir dans une PAC, c’est combiner à la fois la production d’ECS, le rafraîchissement et le chauffage de votre logement. Une solution 3 en 1 très complète. 

Et si vous décidez de l’associer avec des panneaux solaires, vous allez fortement renforcer la performance écologique et énergétique de votre logement. 

Il vous faudra alors une puissance adaptée à la consommation énergétique de tout votre logement, dans une démarche d’autoconsommation. 

Celle-ci sera d’ailleurs accentuée grâce au stockage de l'énergie électrique en énergie thermique par votre pompe à chaleur. Je m’explique.

Si votre PAC ne produit ni chaleur ni eau chaude sanitaire, alors les panneaux solaires prendront le relais. Comment ? Grâce à sa production d'électricité qui servira à chauffer l’eau, qui sera ensuite stockée dans un ballon sanitaire.

Mais l’inverse est également envisageable, si vous possédez une PAC réversible. 

Toutefois, il y a une limite à cette combinaison. La production d’énergie effectuée par les panneaux solaires doit être consommée en direct, pendant les périodes de production. 

Le problème, c’est que ces périodes sont concentrées au milieu de la journée. Ce qui est le moment précis où la production d’une PAC est la moins nécessaire. La production solaire et les besoins en chauffage sont donc en totale inadéquation. 

Vous devrez donc trouver un moyen pour que l’énergie produite par les panneaux solaires soit stockée. Puis utilisée de façon différée pour alimenter le système de chauffage en dehors des périodes de production.  

Et ce moyen de stockage est celui de la batterie au lithium. Cette solution est viable si vous installez correctement le nombre de batteries pour alimenter la PAC. L’installation pourra alors s’auto-alimenter.

Le couple pompe à chaleur et panneau solaire est donc une combinaison parfaite en matière d’écologie. Grâce à l’utilisation d’une technologie propre, durable et renouvelable. 

Mais combien peuvent coûter de telles installations ? 

    

Quel budget pour être autonome en chauffage ?

Il est toujours compliqué de donner un prix précis pour ce type d’installation. Chaque projet est différent et le coût final dépend de plusieurs critères (la surface à chauffer, la puissance des panneaux…)

Une chose est sûre : une installation aérovoltaïque est bien plus chère qu’une installation solaire photovoltaïque. Il vous faudra compter entre 13 000 € et 30 000 €.

Et pour une installation qui combine PAC et panneaux photovoltaïques ? Il faut compter entre 10 000€ et 20 000€ pour une PAC. Et entre 9 000€ et 12 000€ en moyenne pour les panneaux solaires.

Heureusement, vous pouvez bénéficier d’aides de l’Etat pour financer votre projet.  

Les différentes aides pour être autonome en chauffage 

Afin d’encourager le recours aux énergies renouvelables, l’Etat a mis en place plusieurs dispositifs pour aider les particuliers.  

La plupart des aides sont les mêmes pour l’aérovoltaïque et pour le photovoltaïque. 

La prime à l’autoconsommation : les installations qui permettent l’autoconsommation, sont éligibles à une prime à l’investissement. Cette prime est dégressive et variable en fonction de la puissance de l’installation. 

Elle est versée en une fois

Si vous remplissez les conditions, cette prime est versée automatiquement par EDF Obligation d’Achat.   

Voici les tarifs de la prime à l’autoconsommation :

Les subventions de l’Anah : la plus connue est MaPrimeRénov’. Cette offre s’applique si vous changez de système pour un chauffage économe. 

Les aides des collectivités locales

   

Et pour l’achat d’une pompe à chaleur, voici les aides : 

MaPrimeRénov’ : si votre logement a plus de deux ans et que les travaux sont effectués par un installateur certifié RGE. Cette aide est soumise à conditions de ressources.

Taux de TVA réduit :  

Le prêt à taux zéro : l’éco-prêt à taux zéro pour travaux vous permet de financer vos travaux de rénovation énergétique et d’améliorer votre confort au sein de votre habitation. 

Les CEE (Certificats d’Economies d’Energie) : les fournisseurs d’énergie peuvent distribuer des aides financières aux particuliers pour financer tout ou partie de leurs travaux. Mais il faut que ces travaux améliorent la performance énergétique du logement.  

Les aides de l’Anah : si vos travaux améliorent d’au moins 25% l’efficacité énergétique de votre habitation. Ces subventions sont aussi soumises à des conditions de ressources. 

Maintenant que vous connaissez tous les paramètres en matière de chauffage autonome, voici à quoi ressemble une maison type.

À quoi ressemble une maison autonome ? 

Jean-Louis Gaby a construit une maison tournée vers le soleil à Tortezais dans l’Allier. Maison pionnière, elle se visite et permet à son propriétaire de partager sa passion pour cette énergie durable.

Sur la partie droite, des panneaux solaires pour l’eau chaude et le chauffage.

"La maison autonome consomme 1600 kilowattheures, donc c’est en dessous de la moyenne française, qui, hors chauffage électrique, est à 2500 kilowattheures. Au niveau chauffage, je ne consomme environ qu’un stère de bois par an, c'est-à-dire 50 euros et au niveau de l’électricité 800 kilowattheures, c'est-à-dire environ 120 euros", d’après Jean-Louis Gaby.

Cet article a été validé par
Maëlig
Directrice commerciale
LinkedIn
YouTube
YouTube

Maëlig occupe le poste de Directrice Commerciale chez Nouvel'R Énergie, sa connaissance du secteur photovoltaïque s'enrichie depuis plus de 10 ans. Son expertise la rend incollable aussi bien sur la partie technique que sur toute la partie administrative.

Ne manquez aucune actualité autour du solaire
Soyez averti des nouveaux produits et des changements d’aides de l’État
Je m’abonne à la newsletter