Tout savoir sur le liquide thermique des panneaux solaires


Pour un bon fonctionnement de vos panneaux solaires thermiques, ils doivent être remplis d’un liquide dont le rôle est de transporter la chaleur. C’est grâce à lui que vous pouvez utiliser l’énergie du soleil pour vous chauffer à moindre coût.
On appelle aussi ce produit, fluide thermique. Il en existe plusieurs et il est bon de connaître leurs propriétés avant de choisir le vôtre.
Sachez que certains sont plus toxiques que d’autres. Ces fluides thermiques se dégradent au fil du temps et sont donc moins efficaces. C’est pourquoi il est nécessaire de les remplacer régulièrement. 

J’ai écrit ce guide pour que vous soyez bien informé sur ce liquide caloporteur. 

Je détaille tous ces points : 

• les différents liquides thermiques qui existent ;

• leurs avantages et leurs inconvénients ;

• et quels sont ceux qui sont nocifs.

Je vous expliquerai aussi comment changer vous-même le fluide de vos panneaux solaires. 


Comment fonctionne un panneau solaire thermique ?

Vos capteurs solaires thermiques captent les calories du soleil pour en tirer de la chaleur. Pour transmettre cette chaleur à votre logement il faut utiliser un fluide caloporteur.


Ce liquide, situé dans les tubes du panneau, se réchauffe avec les calories captées et circule vers le ballon d’eau chaude. Il transfère la chaleur emmagasinée pour réchauffer l’eau que vous utilisez comme chauffage (avec des radiateurs à eau) et en eau chaude sanitaire.


Un capteur thermique tubulaire fonctionne grâce à un liquide caloporteur.
Exemple d’un capteur thermique tubulaire.


Du coup c’est très important de connaître les propriétés de votre liquide. Déjà il faut savoir les différencier, il en existe plusieurs.

Quel liquide circule dans les panneaux solaires thermiques ?

Il en existe deux principaux : l'éthylène-glycol (ou simplement glycol) et le polypropylène-glycol.

Chacun de ces fluides possède des propriétés particulières qu’il est important de connaître avant de faire un choix.
Attention, il faut toujours se référer aux consignes du constructeur avant de changer le liquide de vos panneaux solaires.

C’est d’ailleurs une manipulation qui ne peut être effectuée que par un professionnel. Il vous aidera à choisir le bon fluide. Mais pour que vous soyez en mesure de juger par vous-même on regarde tout de suite les différentes caractéristiques.


Quelles sont les caractéristiques d’un liquide caloporteur solaire ?

Pour faire votre choix, voici un rapide comparatif des deux principaux liquides utilisés dans les panneaux solaires thermiques.

L'éthylène-glycol est un fluide assez visqueux, mais il ne possède pas d’odeur, ni de couleur. 

Le polypropylène-glycol, aussi appelé méthyl glycol, est quant à lui moins épais. Il ne possède pas de couleur non plus et ne sent presque rien. En revanche, il se mélange très bien à l’eau, tout en gardant ses capacités caloporteuses.
C’est pourquoi il est souvent utilisé de manière diluée. 

C’est ce dernier qui est le plus fréquemment utilisé pour remplir les panneaux solaires thermiques.

Du coup est-ce qu’il y a un vraiment un choix à faire ? Eh bien il faut que le liquide soit adapté aux panneaux.

Comment choisir votre liquide thermique ?

Afin de choisir le bon liquide lors de l’achat, vous devez revenir au cahier des charges du constructeur. Toutes les indications à prendre en compte sont écrites à l’intérieur.

Ensuite, il faut lire attentivement les étiquettes des bidons de liquides. Pour un même produit de base, deux marques peuvent proposer différentes prestations. Viscosité, résistance au gel, corrosif ou non, capacité de transport de la chaleur, etc.

Si votre chauffe-eau solaire fonctionne avec une pompe de circulation, il vous faut un fluide avec une faible viscosité. Ça permettra à votre pompe de faire moins d’effort.


Un chauffe-eau solaire avec pompe a besoin d'un fluide particulier.
Exemple de chauffe-eau solaire nécessitant l’utilisation d’une pompe de circulation 


Le point le plus important c’est de bien contrôler les normes de chaleur. Il faut que la conductivité thermique soit assez élevée pour vous garantir une température minimum. Plus elle est élevée, plus votre fluide transporte efficacement les calories. 

Il faut absolument suivre les indications fournies par votre constructeur afin de ne pas endommager l’intérieur de votre installation. D’ailleurs n’oubliez pas que les vidanges sont indispensables pour maintenir votre installation en bon état. 


Comment savoir si votre liquide caloporteur solaire doit être changé ?

Il existe un test simple à réaliser. L’idéal est de faire l’entretien tous les ans.

Il consiste à mesurer le pH du fluide à l’aide d’une bandelette spéciale. Après avoir récupéré un peu de liquide de votre système, grâce au robinet d’évacuation, trempez le papier dedans pendant quelques secondes. 

Une fois qu’il est bien imbibé, vous pouvez lire le résultat.


• Si le pH est supérieur à 8, tout va bien. Il n’est pas encore temps d’effectuer la vidange du système.

• Si le pH est inférieur à 8, il faut rapidement changer le liquide car il risque de s’attaquer aux parties en cuivre des tuyaux.


Comment changer le liquide des panneaux solaires ?

Cette intervention doit être réalisée par un technicien certifié Quali’Sol

Sinon vous pourriez avoir des soucis avec les assurances ou vous pouvez même vous blesser (certains liquides caloporteurs sont toxiques ou corrosifs). 

Je vous liste quand même les étapes pour les plus curieuses et curieux d’entre vous.

On s’assure d’abord que les panneaux solaires sont froids. Une journée nuageuse est idéale pour réaliser cette opération. Il ne faut pas créer de choc thermique en vidangeant un liquide chaud pour le remplacer par un autre à température ambiante.
Ça endommagerait les tuyaux.


Étape 1

Il faut vidanger l’installation en ouvrant la vanne du système. Pour être sûr(e) que tout le liquide est sorti, on branche une pompe de remplissage et on fait circuler de l’eau dans les tuyaux. Lorsque le liquide qui ressort est transparent, le système est purgé.

Étape 2

Il faut nettoyer l’intérieur des circuits, des petits dépôts accumulés avec le temps. On peut raccorder à la pompe de remplissage, un nettoyant spécifique, qui va circuler dans les canalisations. Le rinçage s’effectue de la même façon qu’à l’étape 1.

Étape 3

Il est temps de remplir le système avec le nouveau fluide thermique. Pour ça, on se sert encore de la pompe de remplissage, comme lors des précédentes étapes.

Il faut bien réaliser la mise sous pression en respectant les indications du constructeur.

Je le répète : l’entretien de votre installation solaire thermique doit être assuré par un pro.


Vous avez les infos essentielles sur les fluides caloporteurs. Le plus simple, c’est de faire appel à un professionnel dès que vous avez le moindre doute sur la maintenance de votre installation. 

On fait un petit récapitulatif avant de se quitter.


Liquide de capteur solaire thermique : Ce qu’il faut retenir 

Il existe deux types de liquide pour capteur solaire thermique : 

C’est le polypropylène-glycol qui est le plus souvent utilisé.

Avant de choisir le nouveau liquide de votre panneau prenez bien en compte ses propriétés (viscosité, résistance au gel, corrosif…). Le mieux reste de demander conseil à un professionnel pour être sûr(e) que le fluide est adapté à votre installation. 

Pour savoir si votre capteur a besoin d’une vidange il vous suffit de vérifier le pH du liquide. En dessous de 8 il faut procéder à un changement.

Bien sûr toutes interventions faites sur votre installation doivent être réalisées par un professionnel. Le liquide ne peut pas être manipulé par une personne n’ayant pas suivi de formation spécifique au solaire thermique.

Ce guide est maintenant terminé. Vous pouvez me poser vos questions en commentaire si vous avez besoin d’approfondir un sujet. 

Et pour celles et ceux qui veulent aller plus loin, j’aborde rapidement l’impact du fluide caloporteur sur l’environnement. Comme je vous l’ai dit plusieurs fois c’est un liquide toxique.


Le liquide de panneau solaire est-il dangereux pour l’environnement ? 

En fait, la plupart des fluides caloporteurs sont mélangés à un antigel. Ça permet de garantir le fonctionnement de l’installation l’hiver. 

Ce mélange de glycol et d’antigel peut être toxique. Le tout est donc de limiter au maximum les fuites (c’est en partie pour ça qu’il faut faire appel à un pro pour toutes interventions).  

En règle générale l’antigel présent dans le liquide peut-être recyclé pour en créer un nouveau. La part, qui elle n’est pas recyclable, est brûlée.

Évaluez notre guide

5.0
/5
1
vote(s)
Oops! Something went wrong. Check all fields.