Autoconsommer avec des panneaux solaires : Comment on fait ?

L’installation de panneaux solaires en autoconsommation séduit de plus en plus. Tout le monde s’y met.

L'autoconsommation avec des panneaux solaires séduit de plus en plus de français.
Source : Qualit’EnR

Du coup je vous ai écrit ce guide pour vous aider à vous lancer si ça vous intéresse vous aussi.

Si vous voulez savoir :

  • si la rentabilité est intéressante ;
  • quel est le principe du panneau solaire en autoconsommation ;
  • comment ça marche réellement ;
  • s’il vaut mieux choisir l’autoconsommation partielle ou totale;
  • à quelles aides vous avez le droit ;
  • quelle puissance installer ;
  • si c’est mieux d’acheter un kit solaire à monter soi-même ;
  • quelles démarches administratives vous attendent, quelles assurances prendre ;

Alors vous allez être servi(e).

On commence tout de suite avec le plus important : les économies d’argent qu’on peut faire avec l’autoconsommation.

Encore une augmentation des tarifs de l’électricité

Ce n’est pas un scoop : le tarif de l’électricité va continuer d’augmenter. RTE et ENEDIS veulent + 1,24 % par an jusqu’en 2024.

Sur une facture moyenne (entre 1300 et 2600 € par an), ça fait quand même entre 65 et 130 € en plus.

La Commission de Régulation de l’Électricité est à l’origine de l’augmentation de 1,61 % TTC du 1er février 2021.

Vous ne vous en êtes pas rendu compte parce que c’est progressif, mais en 10 ans, le prix de l’électricité a augmenté de 50 %.

Si vous consommez votre propre électricité, vous pouvez vous protéger de ces hausses tarifaires. On va voir ensemble comment vous rendre moins dépendant(e) du réseau EDF.

Par étapes, on va parler de fonctionnement, de coût, de rentabilité des panneaux solaires en autoconsommation.

On va aussi voir comment être plus autonome en ajoutant des batteries solaires à votre installation.

Le mieux c’est de commencer par le plus intéressant. Est-ce que la rentabilité est assez intéressante pour installer des panneaux photovoltaïques en autoconsommation ?

Les tarifs de l'électricité augmentent chaque année.
Évolution de la part des dépenses d’électricité dans les dépenses totales en énergie.here (optional). Lecture : en 2015, l’électricité occupe 54,8% des dépenses en énergie pour les ménages français (hors carburants).
Source : Insee, Comptes nationaux base 2014.

Rentabilité de l’installation en autoconsommation

Quand on parle de rentabilité on parle d’abord de prix. C’est lui qui va définir la rentabilité de votre installation.

Prix du photovoltaïque en autoconsommation

Pour vous donner un rapide aperçu de ce que coûtent des panneaux solaires en autoconsommation, je vous ai fait un tableau.

Les aides de l'État sont déduites des prix affichés. Ce tableau vous indique le prix à ne pas dépasser pour une installation, en fonction de sa puissance et les prix pratiqués chez Nouvel’R Énergie pour du matériel d’entrée de gamme sans option, main-d’œuvre et démarches administratives incluses.

Petites précisions sur nos tarifs : tout est pris en compte (main-d’œuvre, matériel, SAV).

Ce sont des prix de base, ils peuvent évoluer en fonction de vos besoins. Le mieux c’est d’en discuter avec un expert, il saura vous donner un chiffrage précis pour que vous vous fassiez une idée.

Vous pouvez cliquer ici et on vous contacte.

Rentabilité du projet

Le prix d’achat fait beaucoup, mais d’autres facteurs sont à prendre en compte quand on veut une bonne rentabilité.

Ils sont d’abord techniques : inclinaison, orientation, ensoleillement, …

Et ensuite ça dépend de vos habitudes de consommation.

Durée de l’amortissement

La rentabilité de vos panneaux solaires ne va pas être immédiate. C’est un investissement sur le moyen / long terme et vous avez une grande part à jouer sur cette durée puisque c’est vous qui pilotez votre autoconsommation et donc vos économies.

Ça veut dire qu’après cette période d’amortissement, l’électricité que vous produisez est totalement gratuite. En plus, les panneaux photovoltaïques ont une durée de vie très longue.

Ce qui améliore la rentabilité

Il ne faut pas oublier que le prix de l’électricité n’est pas stable et vous n’avez aucune maîtrise dessus. Ça entre aussi dans les calculs de rentabilité.

Avec vos panneaux vous allez vous protéger des prochaines hausses. Vos économies seront encore plus importantes.

Maintenant qu’on sait combien ça coûte et que c’est rentable, voyons comment tout ça fonctionne.

Panneau solaire autoconsommation : comment ça marche ?

L’autoconsommation solaire, comment ça marche ? Déjà, Autoconsommer ça veut dire qu’on consomme l’électricité au moment où elle est produite.

Vos panneaux solaires produisent quand il fait jour, il faut donc consommer l’énergie solaire en journée.

Comme vous utilisez l’électricité de vos panneaux vous tirez beaucoup moins de courant sur le réseau public. Vous faites donc des économies, c’est très simple.

Bon, ça reste simple mais il existe différentes façons d’utiliser l’électricité solaire de vos panneaux. On regarde ça de plus près.

Comment optimiser son autoconsommation photovoltaïque ?

Le panneau solaire ne fait pas tout le travail tout seul. Ce serait trop simple.

Comme on l’a vu plus haut, il faut consommer l’électricité en pleine journée, j’imagine que vous n’êtes pas chez vous 24h/24. Du coup il faut souvent installer un système de domotique.

Le plus souvent, c’est un petit boîtier intelligent qui fait fonctionner vos appareils électriques quand les panneaux fournissent du courant.

Bon bien sûr c’est une option, vous pouvez autoconsommer sans avoir un pilotage intelligent chez vous. C’est juste que ce système s’occupe de tout synchroniser pour vous.

Vous pouvez aussi choisir la combinaison compteur linky et panneaux solaires. Je vous explique pourquoi.

Comment optimiser son autoconsommation avec un compteur linky ?

Associer un compteur linky et vos panneaux solaires, vous permettra de faire baisser le montant de votre facture de 61%.

Ce petit boîtier intelligent est fabriqué par Enedis.

Il a pour objectif de mesurer l'électricité que vous consommez. Ça permettra à votre fournisseur d'énergie de fixer le montant de votre facture à payer chaque mois.

Ça signifie aussi qu'il est capable d'analyser votre consommation. Du coup vous pouvez :

  • adapter l'utilisation de vos appareils pour moins consommer
  • voir quand votre installation produit le plus, pour déclencher vos appareils énergivores pendant cette période

On peut aussi décider de stocker l’électricité. Comme ça, si vous ne pouvez pas utiliser le courant qui est produit à 14h vous le stockez et vous l’utilisez plus tard.

Je vous explique comment ça marche.

Votre panneau solaire en autoconsommation avec batterie

Vous pouvez faire ce premier choix.

Avoir un panneau solaire en autoconsommation et garder l’énergie en trop.
Par contre le prix pour ce genre d’installation est plus cher.

C’est plus cher pour l’instant, les prix des batteries solaires vont baisser au fil des années. Ce qui veut dire que vous pouvez installer votre système photovoltaïque sans stockage aujourd’hui et installer une batterie demain.

Utiliser vos panneaux solaires en autoconsommation avec une batterie possède des avantages.
Les batteries solaires vous permettent de valoriser votre surplus d’électricité.

Pour que votre système solaire soit compatible avec une batterie, il faut respecter certaines conditions. Si ça vous intéresse dites-le-moi dans les commentaires et on en discute ensemble (c’est tout à la fin de cette page).

Le gros avantage avec la batterie photovoltaïque, c’est d’avoir du courant disponible quand les panneaux ne produisent pas. Même en pleine nuit vous pouvez vous éclairer grâce à l’énergie solaire.

Passons à l’autre choix.

Le panneau solaire en autoconsommation sans batterie

Si vous voulez une rentabilité rapide je pense qu’il vaut mieux oublier les batteries pour l’instant.

Avec le prix de la batterie en moins, vos économies sur la facture d’électricité vont gommer votre investissement plus rapidement.

Sans batterie on peut se demander où va aller le courant en trop. Il y a deux possibilités :

  • vendre le surplus
  • perdre le surplus

On regarde ça de plus près.


Panneau solaire : autoconsommation partielle ou totale ?

Il faut faire ce choix avant d’acheter votre installation. Une fois que le système solaire est posé, c’est compliqué de revenir sur sa décision.

Vous devez peser le pour et le contre :

L’autoconsommation totale est plus simple, vous n’avez pas de contrat de revente d’électricité à prévoir.

Mais ça demande de bien dimensionner votre installation, pour réduire le plus possible le surplus produit. D’ailleurs si vous êtes un particulier, je vous donne l’info tout de suite vous aurez le plus souvent besoin d’une puissance entre 3 et 6 kilowatts.

Vous voulez savoir rapidement quelle puissance il vous faut ? Je vous mets le lien ici vers notre simulateur, c’est rapide, gratuit et ça vous donnera une base pour faire vos devis.

Je reviens rapidement sur l’autoconsommation totale pour vous dire qu’il y a deux “petits” inconvénients :

Vous ne pourrez pas toucher la prime à l’investissement photovoltaïque et vous faites une croix sur un revenu supplémentaire généré par la revente de courant.

À l’inverse si vous optez pour l’autoconsommation partielle vous pouvez vendre votre surplus. Voici les tarifs de rachat :

En plus de ça vous pourrez toucher toutes les aides prévues par l’État qui encouragent à passer à l’autoconsommation solaire.

Ça tombe bien, c’est ce dont je vais vous parler maintenant.

Aides de l’État pour panneau solaire autoconsommation

L’État donne des aides à celui qui produit son courant et qui revend son surplus. Et il y en a plusieurs, on les regarde toutes en détail.

Prime à l’autoconsommation solaire

C’est celle que j’ai mentionnée un peu plus haut. C’est l’aide la plus importante quand on parle d’installation photovoltaïque.
C’est très simple pour la toucher, comme je l’ai dit, il faut revendre son surplus.

Voici les montants que vous pouvez toucher :

Je ne vous cache pas qu’il y a d’autres conditions pour toucher cette aide. Pour vous faciliter la vie j’ai condensé pour vous toutes les aides disponibles dans un guide que je vous propose de télécharger gratuitement en cliquant ici.

La prime à l’autoconsommation est l’aide la plus importante mais ce n’est pas la seule. On continue avec les autres.

MaPrimeRenov’

Si vous avez déjà fait quelques recherches sur les panneaux solaires vous avez sûrement entendu parler du crédit d’impôt (CITE).

Il a disparu en janvier 2021 et pour compenser, l’État a étendu une autre aide, MaPrimeRenov’, à tous les ménages.

Bien sûr, elle est plus élevée pour ceux qui ont des revenus modestes.

C’est une aide qui subventionne les travaux qui améliorent la performance énergétique d’une maison. Il faut que les travaux soient réalisés par un professionnel certifié RGE et que le système photovoltaïque soit lié à une solution de chauffage.

En bref, c’est un peu plus compliqué à percevoir que la prime pour l’autoconsommation, si vous voulez en discuter par téléphone vous pouvez cliquer ici.

Un de nos experts vous appelle et vous saurez rapidement si oui ou non vous y avez le droit avec votre projet.

Les capteurs solaires thermiques vous permettent d'obtenir MaPrimeRénov'.
Les capteurs solaires thermiques vous permettent d’obtenir MaPrimeRénov’.

TVA réduite pour les panneaux installés en toiture

Profitez-en, ce n’est pas tous les jours que l’État fait des cadeaux.

Le type de votre installation peut donner le droit à une TVA réduite, voici les taux :

Quelques conditions sont à réunir :

  • c’est un professionnel RGE qui fait les travaux (Nouvel’R Énergie par exemple) ;
  • l’installation fait moins de 3 kWc ;
  • Votre logement est achevé depuis plus de 2 ans.

On vous achète l’électricité à prix fixe pendant 20 ans

Ça fait aussi partie des aides : l’État oblige EDF et les entreprises locales de distribution (ELD) à vous acheter le kWh au même tarif pendant 20 ans.

Je vous en ai parlé plus haut, ça vous fait un revenu en plus et il est assuré pendant 20 ans.

Et les impôts sur la vente des kWh ?

Bonne nouvelle, vous serez totalement exonéré(e) d’impôts sur la revente à un opérateur (EDF ou une ELD).

Mauvaise nouvelle, l’exonération est à 3 conditions :

  • la puissance de l’installation est inférieure ou égale à 3 kWc ;
  • vous êtes raccordé(e) au réseau public par au moins deux points ;
  • votre dispositif n’a pas de visée professionnelle.

Je ne rentre pas trop dans les détails, mais si ce passage n’est pas assez explicite vous pouvez me laisser un commentaire tout en bas de cette page.


La fiscalité si votre installation dépasse 3 kilowatts crêtes ?

Là, c’est simple, tous les revenus tirés de la vente des kWh bénéficient d’un abattement direct de 71 %.

Vous n’avez qu’à les déclarer dans la catégorie des BIC (bénéfices industriels et commerciaux).

Franchement, l’impôt est très léger, parce que les revenus tirés de la revente des kWh ne sont pas très élevés.

Gardez à l’esprit que les économies se font sur votre facture d’électricité grâce à l’autoconsommation. Le revenu généré par la revente de surplus de production n’est qu’un petit plus.

Quelle puissance de panneau solaire en autoconsommation faut-il installer ?

On lit partout que l’installation de panneaux solaires est super simple, rapide et accessible. Je ne vais pas dire le contraire, mais il faut quand même se poser les bonnes questions.

Quand on parle d’autoconsommation, le plus important c’est de bien dimensionner le système.

Je vous explique tout ça plus en détail.

Taux d’autoconsommation vs taux d’autoproduction

Ne m’en voulez pas, je suis obligé de poser quelques bases.

Autoconsommer ne veut pas dire que vous allez atteindre l’autonomie énergétique.
Pour avoir de l’autonomie, il faut un stock d’électricité, donc des batteries.

C’est à ne pas confondre avec l’autoconsommation totale. Ici on parle de consommer l’entièreté de l’énergie qu’on produit. Ce qui ne veut pas dire qu’on produit assez pour être autonome.

Maintenant on peut parler des taux.

Le taux d’autoproduction représente la production de vos panneaux par rapport à votre consommation.
C’est ce taux qui vous permet de savoir quelles économies vous pourriez faire en maximisant votre autoconsommation.

Le taux d’autoconsommation, c’est la part de la production consommée sur la production totale. Il dépend de votre utilisation, vous pouvez aller chercher jusqu’à 60% voire plus ça dépend de comment vous pilotez votre système solaire.

Avançons un peu.

Le choix de la puissance de l’installation

Choisir la puissance, c’est l’étape la plus importante parce que ça va déterminer la rentabilité de votre projet.

En gros, il ne faut pas installer du 6 kWc si une installation de 3kWc suffit, vous paierez plus cher et vous ne ferez pas plus d’économie.

De toute façon si vous n’installez pas assez de panneaux solaires ce n’est pas très grave. Vous pouvez toujours en ajouter par la suite. Il vaut mieux partir d’une petite installation moins chère et la faire évoluer, que payer trop cher dès le début.

Maintenant je ne peux pas vraiment vous donner une règle universelle. La capacité qu’il vous faut dépend de plusieurs facteurs (votre consommation annuelle, votre potentiel de production …)

Par contre, ce que je peux vous proposer, c’est de faire une simulation en ligne. Ce n’est pas ce qu’il y a de plus précis mais ça vous donne déjà une base. C’est plus facile de se projeter ensuite.

Après si vous voulez un chiffrage précis, le mieux c’est de contacter un professionnel.

Pourquoi faire appel à un spécialiste photovoltaïque ?

Faire appel à un spécialiste va vous permettre de connaître le bon dimensionnement de votre installation photovoltaïque.

Si je prends notre cas chez Nouvel’R Énergie, on utilise des outils très précis qui utilisent :

  • l’imagerie satellite,
  • les données météo,
  • votre situation géographique,
  • l’ensoleillement,
  • vos consommations,
  • l’orientation de votre toiture

Tout ça nous permet de vous proposer une installation rentable et adaptée à vos réels besoins.

Si vous voulez essayer on fait ces études de rentabilité gratuitement. Vous pouvez cliquer ici, et on vous rappelle (bien sûr ça ne vous engage en rien).

Comme on parle d’économies, on reste dans le sujet.

Quelques astuces

Je voudrais que ce guide sur l’autoconsommation photovoltaïque soit très concret pour vous.

Je vais donc vous donner des astuces facilement réalisables pour maximiser votre autoconsommation.

Je vous conseille de :

  • programmer les appareils pour qu’ils consomment le courant au moment où les panneaux produisent.
  • programmer le ballon d’eau chaude en journée car c’est une grosse dépense d’électricité environ 30 % de la facture.
  • Pensez aussi à la machine à laver, au sèche-linge car ils sont très énergivores. Programmez-les entre 11h et 15h c’est à ce moment-là que vos panneaux produisent le plus.

Si vos appareils ne sont pas tous programmables vous pouvez installer des prises connectées. Elles s’adaptent à tous vos équipements électroménagers ou électriques.

Je ne serai pas complet dans mes explications si je n’aborde pas le sujet des kits solaires, je vous en parle donc dans le chapitre suivant.


Le kit solaire pour l’autoconsommation, c’est quoi ?

Vous avez sûrement trouvé sur internet des kits solaires. Il existe pas mal de sites, avec pas mal de choix.

Des kits avec onduleur centralisé, des kits avec micro-onduleurs, des kits de 2 à 36 kWc.

En bref, il y en a pour tous les goûts.

Pourquoi est-ce qu’on opte pour un kit plutôt qu’une installation posée par un pro ?

Première réponse, parce qu’on évite de payer la main-d’œuvre. Mais vous allez voir que ce n’est pas forcément la meilleure idée.

Peut-on installer soi-même les kits photovoltaïques ?

Peut-on faire soi-même l’installation d’un kit solaire pour l’autoconsommation ?

Vous êtes un bon bricoleur ? Alors oui, vous pouvez vous lancer dans la pose d’un kit solaire.

Il vous faudra aussi des compétences techniques pour :

  • adapter votre toiture pour recevoir le kit (sans abîmer votre toit, attention aux fuites)
  • raccorder les panneaux à l’onduleur ;
  • brancher le régulateur de charge ;
  • raccorder le tout au tableau électrique ;

Tarif d’un kit photovoltaïque

Je ne vais pas vous le cacher, acheter un kit photovoltaïque coûte moins cher que de passer par un installateur spécialiste comme Nouvel’R Énergie.

D’ailleurs je vous ai mis quelques prix ici pour que vous puissiez voir les différences :

Mais le prix ne fait pas tout.

Inconvénients des kits photovoltaïques

Vous ne pourrez pas vous raccorder au réseau public et donc adieu la revente de courant.

Pour les aides : on fait une croix dessus, l’État ne les verse que si vous faites appel à un professionnel reconnu RGE.

Vous avez aussi toute la paperasse à faire vous-même. On ne va pas se cacher que l’administratif en France ce n’est pas vraiment une partie de plaisir.

Si je récapitule : Oui c’est moins cher mais vous n’avez aucune aide et vous prenez le risque de mal poser votre installation.

Vous ne bénéficierez pas non plus de l’assurance décennale d’un installateur. Elle couvre votre installation photovoltaïque pendant 10 ans.

C’est une sacrée tranquillité sur laquelle vous faites aussi une croix.

Démarches pour l’installation en autoconsommation

Pas de panique. Il y a de nombreuses démarches à faire mais vous n’êtes pas seul(e).

En fait, si vous faites appel à Nouvel’R Énergie, on s’occupe de tout à votre place. Comme on travaille depuis longtemps dans ce milieu, on est habitué, ça va assez vite pour nous. Donc autant vous en faire profiter.

Je vous les détaille quand même, ça peut toujours vous être utile si vous passez par une entreprise qui ne propose pas ce service.

Une installation de panneaux solaires doit suivre plusieurs démarches.
Contactez Nouvel’R Energie pour une installation en autoconsommation.

Permis de construire ou déclaration de travaux ?

C’est très simple : pour une faible quantité de panneaux solaires (moins de 20 m2) sur votre toiture, c’est la déclaration de travaux.

Si vous partez sur un projet photovoltaïque de plus de 20 m2, le permis de construire sera peut-être nécessaire.

De toute façon, vous devrez passer à la mairie pour vous renseigner, c’est ce qu’il faut faire dès le début.

Attention, ça se complique si vous habitez en zone classée, historique ou protégée.

Convention d’autoconsommation

Même si vous envisagez l’autoconsommation totale, vous devez faire cette convention (CACSI) avec Enedis.

Signer ce papier vous engage : vous assurez officiellement que votre système ne perturbera pas le réseau public d’électricité.

Enedis vérifie que votre compteur est électronique, le remplace s’il ne l’est pas.
Le mieux, quand on engage sa responsabilité, c’est qu’un spécialiste réalise l’installation.

Vous allez savoir pourquoi plus loin (c’est une question d’assurance).

Demande de raccordement au réseau

Vous avez fait un choix :

  • Autoconsommation totale
  • Autoconsommation avec vente partielle ;

Si vous avez choisi l’autoconsommation partielle, vous n’y couperez pas, il faudra demander le raccordement de vos panneaux solaires. Pour ça, il faut établir un contrat (CRAE, contrat de raccordement, d’accès et d’exploitation) avec ENEDIS. Il vous permet de :

  • raccorder votre installation au réseau,
  • injecter de l'électricité dans le réseau,
  • préciser les modalités d’exploitation de votre installation.

Le Consuel, vous connaissez ?

Pour les spécialistes, le Consuel n’est qu’une formalité.

Concrètement, une entreprise agréée par le Consuel vient vérifier si votre système est conforme à la réglementation électrique.

Sans l’attestation du Consuel, vous n’avez pas l’autorisation d’exploiter votre système de production.

J’aimerais vous dire qu’on en a fini avec les papiers administratifs mais il reste toute la partie assurance à voir.

La question des assurances pour l’installation solaire

Dès que vous installez des capteurs photovoltaïques, votre toiture se transforme en petite centrale solaire.

Vous vous en doutez, ça a des conséquences sur vos responsabilités.

On va faire simple, ça implique d’avoir des assurances, je les détaille rapidement.

L’installateur, il lui faut une assurance ?

Eh oui, l’installateur doit pouvoir vous présenter la RC décennale (responsabilité civile décennale).

En cas de sinistre et grâce à cette assurance, il sera responsable des réparations pendant 10 ans.

J’ajoute qu’il faut aussi qu’il dispose des certifications RGE et Quali’pv, ça vous garantit une installation posée dans les règles de l’art. Comme on l’a vu ça vous permet aussi de toucher les aides.

L'installateur doit avoir une assurance.
Faites toutes les vérifications nécessaires avant de signer un contrat avec un installateur.

Et vous, devez-vous être assuré(e) ?

Vous devez aussi être assuré(e).

Il faut demander à votre assurance multirisque habitation de prendre en compte la valeur de l’installation. Vos panneaux augmentent la valeur de votre bien immobilier et en cas de sinistre ils seront pris en compte.

Ça y’est la partie paperasse est terminée. Si vous êtes arrivée jusqu’ici c’est super, vous avez l’essentiel pour démarrer un projet d’autoconsommation.

Comme ce guide est assez long j’ai récapitulé les étapes les plus importantes dans un petit contenu téléchargeable. Vous pouvez le récupérer en cliquant ici.

Autoconsommation : la solution de protection contre le kWh qui devient plus cher

Mon guide sur l’autoconsommation photovoltaïque se termine. J’espère que vous avez appris des choses.

Produire sur place son électricité pour sa consommation est économique et écologique.

Se constituer un stock d’électricité est faisable, mais un peu cher. Revendre son surplus reste une bonne solution, vous avez un revenu et vous faites profiter aux autres de votre électricité verte.

Vous avez des questions ? Vous voulez recevoir un devis ? Vous avez besoin de prix précis ?

Demandez à être rappelé.

Évaluez notre guide

4.7
/5
25
vote(s)
Oops! Something went wrong. Check all fields.