Qu'est-ce que l'agrivoltaïsme ?

L’agrivoltaïsme est une technique qui va sans doute révolutionner le monde de l’agriculture dans les années à venir.

En quoi ça consiste ? 

Eh bien, c’est très simple. C’est le fait d’installer des panneaux solaires sur une parcelle agricole. Comme ça, en plus de protéger vos cultures ou vos animaux d’élevage des aléas climatiques, vous produisez de l’énergie solaire. Cette pratique permet aussi d’optimiser l’intensité lumineuse en utilisant l’excès d’électricité non utilisée pour la culture pour produire de la lumière.

L’agrivoltaïsme met en lumière la complémentarité des activités photovoltaïque et agricole au service des transitions agricole et énergétique. L’Ademe parle même de synergie. Attention tout de même, l’une ne doit pas prendre le dessus sur l’autre.

Dans ce guide, je vous dis tout ce que vous devez savoir sur cet investissement photovoltaïque. Nous allons voir ensemble : 

  • Les avantages de mettre en place un tel projet
  • Les étapes pour le réaliser
  • Son coût et son éligibilité aux aides
  • Les inconvénients qui peuvent en émerger
  • Les projets d’agrivoltaïsme déjà existant

Commençons tout de suite par comprendre l’intérêt que vous avez à investir dans l’agrivoltaïsme.

Agrivoltaïsme : est-ce vraiment intéressant ?


Comme je vous le disais juste avant, l’un des premiers intérêts de l’agrivoltaïsme est la protection des cultures ou des élevages. Par exemple, pour la vigne qui subit énormément les conséquences du dérèglement climatiques, les panneaux photovoltaïques permettent de : 

  • Créer de l’ombre pour la protéger du soleil et donc de la sécheresse l’été
  • Créer un effet de serre pour la protéger du gel l’hiver

Forcément, cette optimisation des conditions de culture améliore aussi grandement les rendements agricoles. Et ça, tout en participant au développement les énergies renouvelables sur le territoire. Eh oui, aujourd’hui, 20% du parc photovoltaïque en France est situé dans des champs. Je crois qu’on peut dire que l’agrivoltaïsme participe énormément à l’atteinte des objectifs fixés par la France sur le renouvelable.

Cette pratique permet également de préserver les terres agricoles cultivables. Eh oui, elle assure à la fois la : 

  • Rentabilité et maintien des cultures existantes 
  • Possibilité aux surfaces délaissées de retrouver un usage agricole

Vous vous en doutez, il manque ici un avantage non négligeable : le revenu complémentaire qu’apporte le photovoltaïque. Eh oui, il est possible de : 

  • Revendre l’électricité produite
  • Se faire verser un loyer si c’est une société qui loue votre terrain pour installer sa centrale solaire

Quoi qu’il en soit vous diversifiez vos revenus et vous bénéficiez d’une rémunération mensuelle fixe.

Tout ça paraît super intéressant, mais encore faut-il véritablement mettre ce projet en place. Je vous explique tout de suite comment vous y prendre.

Comment mettre en place son projet ?

Pour se lancer dans l’agrivoltaïsme, vous devez suivre 4 étapes importantes.

  1. Définir les objectifs

Comme tout projet, il faut d’abord bien définir vos besoins et vos objectifs. Ça vous permettra de vous orienter vers le bon type d’installation. Il en existe 4 types : 

  • Les ombrières dynamiques
  • Les ombrières fixes
  • Les serres photovoltaïques
  • Les centrales au sol

Chacune est dédiée à des projets et objectifs bien précis. Voici un tableau qui peut vous aider à choisir.

Mais ne vous inquiétez pas, pour faire ce projet vous devrez faire appel à un développeur. C’est lui qui réalisera l’étude et l’analyse de vos besoins pour vous diriger vers la bonne installation.

  1. Effectuer les modalités administratives

Tout d’abord, vous devez signer le “protocole cadre de mandat”. C’est un document qui vous engage vous (l’exploitant) et le développeur à effectuer les actions nécessaires à la réalisation du projet. Ça permet de sécuriser les droits de chacun.

Le développeur va ensuite se charger d’effectuer toutes les démarches administratives. Vous n’aurez donc rien à faire de ce côté-là. Les voici : 

  • Obtention d’un permis de construire
  • Obtention d’un tarif d’achat de l’électricité
  • Demande de raccordement électrique de l’installation
  • Obtention des autorisations si nécessaires (services d’urbanismes, préfectures, commune, …)
  • Vérification de la compatibilité de votre projet avec le plan local d’urbanisme

  1. Financer le projet

Le financement du projet peut se faire de différentes manières : 

  • Vous (agriculteur) autofinancez votre projet soit à l’aide de vos fonds à vous, d’un crowdfunding ou vous associer à d’autres agriculteurs.

  • Le propriétaire du terrain (ou vous si vous êtes le propriétaire) signe un bail emphytéotique avec le développeur. Sa particularité est d’être valable au moins 18 ans, il assure donc le bon déroulement du projet sur du très long terme.

  • Vous louez au développeur le terrain sur lequel est installée la centrale.

  • Le développeur du projet finance la centrale photovoltaïque et en devient donc propriétaire.

  1. Installer la centrale solaire 

Une fois toutes les étapes précédentes réalisées, ça y est, la construction de la centrale photovoltaïque peut démarrer.

Ici, c’est souvent le développeur du projet qui coordonne et supervise le tout. 

Vous devez vous en douter, on parlait du financement juste avant, mais ce type d’installation a un coût assez important. Voyons lequel.

Combien ça coûte ?

Un tel projet chiffre assez vite. Eh oui, on ne parle pas d’installation de 3, 6 ou 9 kWc mais bien de centaines ou de milliers de kWc. Alors forcément, le coût augmente en conséquence.

Déjà, voilà ce qu’il faut compter comme investissement initial pour les panneaux

Ensuite, j’ai répertorié pour vous les coûts de quelques projets agrivoltaïques pour vous donner une vraie idée du prix global : 

Alors, oui, vous allez me dire que c’est assez impressionnant au niveau des montants. Mais rassurez-vous, déjà il s’agit d’énormes projets en termes de puissance et ensuite, vous avez le droit à des aides. Je vous en dis plus la dessus.

L’agrivoltaïsme est-il éligible aux aides ?

Il existe plusieurs aides pour le photovoltaïque agricole.

La prime à l’autoconsommation

En tant qu’agriculteur, vous pouvez bénéficier de cette prime si : 

  • vous autoconsommez votre production d’énergie solaire
  • vous revendez votre surplus
  • votre centrale a une puissance inférieure à 100 kWc
  • vous faites installer des ombrières ou une serre photovoltaïque
  • vous faites réaliser les travaux par une entreprise certifiée RGE

Si vous réunissez toutes ces conditions alors voilà les montants que vous pourriez toucher : 

Pour information, cette aide est versée en une fois. Elle pourra donc vous aider à investir dès le début. De plus, elle sera utile pour rentabiliser plus rapidement votre investissement.

La TVA déductible

Bonne nouvelle, en tant qu’agriculteur, et donc professionnel, vous n’êtes pas redevable de la TVA. Ça veut dire que lors de l’achat du matériel, vous n’aurez pas à la payer, ou du moins vous pourrez la récupérer.

Pour une centrale solaire de plus de 3 kWc, ça représente quand même une économie de 20% du montant de la facture. Pas mal non quand on parle de milliers d’euros ?

La réduction de l’IFER

L’IFER représente l’Imposition Forfaitaire des Entreprises de Réseaux. C’est un impôt que vous devez payer si votre installation possède une puissance supérieure à 100 kWc

Jusqu’en 2020, son montant était de 7,65 €/kW/an. Forcément, c’était assez décourageant. 

Mais depuis 2021, l’État a divisé son montant par 2 pour encourager le photovoltaïque. Il est désormais seulement de 3,155 €/kW/an pendant les 20 premières années d’imposition. Alors franchement, je vous le dis, ça vaut le coup.

Les subventions locales

Pour finir avec les aides de l’État, sachez que certaines localités (département, région, ville, métropole, …) offrent également des subventions

Je vous conseille de vous renseigner auprès de votre mairie pour savoir s’il en existe où se situe votre exploitation.

Vous connaissez tous les bons côtés de l’agrivoltaïsme (avantages, aides,...). Mais je dois vous dire que cette pratique n’est pas du goût de tous les agriculteurs. Je vous explique pourquoi.

Cette pratique a-t-elle des inconvénients ?

Pour vous donner un regard complètement objectif, je me devais de vous donner l’avis d’autres agriculteurs. 

Selon la Confédération Paysanne, l’agrivoltaïsme : 

  • contribuerait à l’artificialisation des sols : l’installation des panneaux dans les champs demande des chemins d’accès, des poteaux d’ancrage, des clôtures, etc…
  • légitimerait l’accaparement foncier et financier des parcelles agricoles par de grandes entreprises

Ensuite, deux autres inconvénients paraissent évidents : 

  • La présence de panneaux solaires sur les champs impacte le paysage
  • La présence de deux activités différentes sur la même parcelle peut conduire à des contraintes techniques ou logistiques.

En sachant tout ça, vous pouvez maintenant vous faire votre propre avis sur l’agrivoltaïsme. Mais avant de vous quitter, je souhaiterais vous présenter quelques projets déjà en fonctionnement.

Quels sont les résultats des projets existants ?

Le domaine de Nidolière

Dans le sud de la France, le domaine de Nidolière s’est mis à l’agrivoltaïsme pour protéger la vigne. 

Avec le réchauffement climatique, la vigne souffrait de plus en plus de la sécheresse. D’année en année, les rendements diminuaient et par conséquent les revenus également. Au point que leur culture ne devenait plus rentable. 

C’est pour cette raison que le gérant a décidé d’installer des ombrières photovoltaïques intelligentes sur 4,5 hectares. Les panneaux sont situés à 5 mètres du sol et pivotent automatiquement en fonction : 

  • de la météo 
  • des besoins des vignes (humidité, température et luminosité).

La production d’électricité quant à elle est entièrement gérée par Sun’Agri, la société qui met à disposition des panneaux solaires.

Cette installation a été réalisée il y a plus de 4 ans, c’est un peu tôt pour y voir les résultats. Mais le vigneron a déjà constaté :

  • Une économie de 20% d’eau
  • Que les vignes poussent aussi bien sous les panneaux que sur les autres parcelles sans panneaux.

Le Parc de Daumazan-sur-Arize

Ce Parc, situé en Ariège, abrite une centrale photovoltaïque de 26 hectares pour une puissance de 10,4 MWc. Il s’agit en fait d’un parc de pâturage pour brebis et agneaux. La commune en est propriétaire, mais c’est une éleveuse qui en est l’exploitante. 

La centrale est constituée de panneaux solaires posés au sol, laissant la place pour les animaux de passer. Elle produit 12,5 GWh d’électricité à l’année, soit la consommation de 5 720 personnes. 

Les résultats de ce projet d’agrivoltaïsme sont plutôt encourageants : 

  • L’herbe pousse de manière plus appétente sous les panneaux
  • Les panneaux sont utiles pour créer de l’ombre aux animaux
  • Il permet à lui-même de couvrir 36% des besoins fourragers des brebis

Ça y est, ce guide touche à sa fin, vous savez maintenant tout sur l’agrivoltaïsme. Avant de se quitter, je vous fais un rapide récap’.

L’agrivoltaïsme en résumé 

L’agrivoltaïsme est une pratique qui consiste à installer des panneaux solaires sur une culture agricole. Ça permet de : 

  • protéger les cultures
  • améliorer les rendements agricoles
  • développer l’énergie renouvelable
  • bénéficier d’un revenu supplémentaire (location ou revente)
  • préserver les terres agricoles

Pour réaliser votre projet, voici les étapes à suivre : 

  1. Définir vos objectifs et vos besoins
  2. Faire les démarches administratives
  3. Financer le projet
  4. Faire installer les panneaux solaires

Même si ce type de construction coûte cher, c’est très rentable. En plus, vous pouvez bénéficier d’aides pour alléger l’investissement. 

Malgré tout, cette pratique peut impacter le paysage et créer des contraintes pour une ou les deux activités. 

Si vous connaissez ou si vous avez déjà monté un projet agrivoltaïque, n’hésitez pas à m’en parler en commentaire. Ça pourra aussi intéresser d’autres personnes qui cherchent des avis.

Cet article a été validé par
Damien
Responsable Technique
LinkedIn
YouTube
YouTube

Damien bénéficie de plus de 15 ans d'expérience dans le secteur du photovoltaïque. Il occupe le poste de Directeur Technique National et supervise tous les chantiers d'installation de panneaux solaires pour Nouvel'R Énergie.

Ne manquez aucune actualité autour du solaire
Soyez averti des nouveaux produits et des changements d’aides de l’État
Je m’abonne à la newsletter