Qu’est-ce que le COP d’une pompe à chaleur ? 


Le COP, autrement dit le coefficient de performance, est un indicateur qui permet d’analyser le rendement et la performance d’un équipement.

Ce n’est rien de plus qu’un chiffre qui évalue le rendement et la performance de votre nouvelle PAC. 


Attention, la rentabilité de votre investissement en dépend.
J’imagine que si vous installez une pompe à chaleur, c’est pour vous protéger de la hausse des prix de l’énergie. 

Vous avez donc intérêt à choisir l’équipement le plus adapté possible à vos besoins. 


Pour ça, je vous ai répertorié les infos les plus importantes à avoir sur le COP : 

  • Quelle info nous donne-t-il sur une PAC concrètement ? 
  • Jusqu’à combien peut-il monter ? 
  • Sur quel chiffre se fier pour faire des économies ?


On commence par une définition bien claire. Comme ça, on part tous sur de bonnes bases.

COP : définition 


C’est le rapport en kilowattheure entre la quantité d’énergie produite et la quantité d’énergie utilisée qui évalue le rendement de votre PAC.


Pour le dire plus simplement : Si vous montez jusqu’à 4 ça veut dire qu’il lui faut 1 kWh d’énergie pour produire 4 kWh de chaleur.
Plus le coefficient est élevé plus votre chauffage est économique (et plus il peut coûter cher).

Il faut donc trouver la bonne balance entre performance et prix. 

Prix d’une PAC en fonction du COP 


Je vous ai sorti quelques prix en fonction des différents COP : 



J’ai pris des modèles qui avaient à peu près tous la même puissance. 


Notre indicateur influe légèrement le prix total mais ce n’est pas ce qui va le plus peser dans la balance. Bien sûr, à caractéristiques purement similaires une PAC avec un chiffre plus élevé sera plus chère. 


Vous avez sûrement remarqué que j’ai indiqué des températures à côté de chaque coefficient. Je vous explique tout de suite ce que ça signifie. 


Les températures de références 


Cet indicateur n’a de sens que s’il est accompagné de deux températures de référence :

 

La température du milieu dans lequel on puise les calories : Elle doit être de plus de 7 degrés. Sauf pour les pompes à chaleur sol/sol et sol/eau pour lesquels cette température doit être de -5 degrés.

 

Il faut aussi la température de l’eau à la sortie de la pompe à chaleur.


Si vous alimentez un plancher chauffant, elle doit être comprise entre 35 et 50 degrés. 

Par contre si vous avez des radiateurs haute performance il faut qu’elle puisse monter jusqu’à 65°C. 


Quoi qu’il en soit, l’indicateur que vous allez choisir va définir les économies que vous allez faire. 


Quel COP choisir pour faire des économies de chauffage ? 


Je ne vous l’ai pas encore spécifié mais ce chiffre est calculé en laboratoire. C’est donc un résultat un peu biaisé parce que la PAC fonctionne dans des conditions optimales.


Vous pouvez tout à fait vous fier à ce chiffre mais dites-vous qu’il peut varier légèrement.  


L’Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie préconise un COP de minimum 3, le coefficient maximum étant 7.


Je vous conseille de vous rapprocher plutôt des 4 voire 5. Pour une PAC moyenne et haute température vous n’en trouverez pas souvent inférieure à 4.  


Maintenant pour celles et ceux qui veulent aller encore plus loin, sachez qu’il existe différents coefficients. 

Ça peut vous être utile de les connaître. En maîtrisant ces chiffres vous serez capable de discerner les vrais pros des amateurs lors de votre achat. 

Quels sont les différents COP pour une pompe à chaleur ? 

 
Ce qu’il faut prendre compte pour départager ces différents indicateurs, sont les éventuelles pertes d’énergie. La consommation des équipements auxiliaires entre aussi en jeu. 

COP constructeur 


On peut aussi dire coefficient commercial.

Il est calculé en laboratoire sur la base d’une température extérieure de 7 degrés pour les pompes à chaleur air/air et air/eau. Ce n’est donc pas le calcul le plus réaliste.


COP global 

 

Lui, il intègre les consommations d’énergies pour le dégivrage, en tenant compte des auxiliaires. Il compte aussi les pertes d’énergie par les réseaux de distribution.


Celui-ci est donc plus fiable que le premier. 

COP annuel 

 

C’est le plus important puisqu’il permet d’évaluer la performance annuelle en prenant en compte tous les auxiliaires. Il mesure les quantités d’énergie consommées et fournies sur une année.


On peut aussi dire COP saisonnier ou SCOP (simplement le SCOP donne en plus la classe énergétique de l’installation). 


D’ailleurs, en parlant de saison, sachez qu’une PAC peut être moins performante l’hiver. 

PAC et période de grand froid : qu’est-ce que ça change ? 


Je vous rassure tout de suite : la plupart des pompes à chaleur fonctionnent toute l’année. Mais la PAC et le froid extérieur ne sont pas amis. Elle va consommer plus l’hiver que l’été. C'est pour ça qu'il est bon de savoir la consommation d'une PAC afin d'anticiper ses coûts et la protéger au mieux.


C’est pour ça qu’il faut bien regarder un indicateur annuel, il tient compte des performances de votre système même en hiver.


Je vous propose de faire un récap de tout ce que nous venons de voir. Histoire de ne retenir que l’essentiel.


COP d’une pompe à chaleur : Ce que l’on retient 


Je vous ai parlé ici des indicateurs de pompe à chaleur air/eau. Il faut savoir qu’on ne peut faire que du chauffage, pas d’eau chaude sanitaire. 


Pour l’eau chaude sanitaire il faut opter pour une pompe duo. Le chiffre se lit de la même façon, c’est seulement le prix qui sera plus élevé. 


Revenons-en à nos PAC pour le chauffage : 


  • Votre coefficient doit être à 4 minimum 
  • la donnée annuelle est la plus fiable pour se faire une idée de la performance


Je vous ai laissé un petit bonus pour finir ce guide. 

Bonus : Comment faire pour améliorer le COP ? 


Votre coefficient de performance fluctue en fonction de l’écart entre la température de sortie et d’entrée.


Plus cet écart est minime et plus votre PAC est performante. 


Alors évidemment, c’est compliqué de maîtriser le climat de chez vous. Par contre vous pouvez maîtriser la température de l’air de sortie. 

Plus vos émetteurs de chaleur sont doux et plus votre équipement est efficace.  


Très concrètement, il vaut mieux avoir un plancher chauffant que des radiateurs à haute température. Votre PAC aura moins de mal à fabriquer de la chaleur


C’est pour ça que les PAC géothermiques font partie de celles qui ont les meilleurs chiffres. Elle puise leurs calories dans les nappes phréatiques. 

Comme l’eau profite d’une isolation naturelle, elle ne fluctue pas trop en fonction du temps.


Donc l’écart entre la source de chaleur et l’émetteur n’est pas trop élevé. 


Bonus n°2 : Comment effacer le chauffage d’une facture d’électricité ?


Vous avez compris qu’une PAC consomme beaucoup moins d’électricité qu’un mode de chauffage classique. Mais elle consomme quand même un petit peu.


Ce qui ce fait beaucoup c’est de la coupler avec l’énergie solaire.


Les panneaux produisent de l’énergie pour toute la maison du coup la pompe à chaleur en profite aussi. Elle consomme moins d’électricité payante et vos factures sont à la fois allégées sur le chauffage et sur l’électricité. 


Bien sûr le budget de l’installation totale est plus élevé.


Évaluez notre guide

5.0
/5
2
vote(s)
Oops! Something went wrong while submitting the form.