Marché européen de l’électricité : une réforme pour faire baisser les prix ?

Vous l’avez sûrement remarqué mais depuis le début du conflit en Ukraine il y a une augmentation des prix de l’électricité.

Du coup, on entend pas mal de responsables politiques français dire que c’est à cause du marché européen de l’électricité.

La France, l’Espagne ou encore l'Italie, ont donc fait pression auprès de la commission européenne pour réformer ce marché.

Et ça a fonctionné puisque, le 14 Mars 2023, Bruxelles a présenté une proposition de réforme du marché européen.

Mais que contient cette réforme au juste ? Et qu’est ce qu’elle va concrètement changer pour nous ? Je vais vous expliquer tout ça dans ce petit article.

Et pour bien tout comprendre je vais voir avec vous :

  • Qu’est-ce que la réforme du marché de l’électricité de l’UE.
  • Quels sont ses objectifs ?
  • Quelles sont les mesures clés proposées?
  • Quelle est la position de la France.
  • Qu’est-ce que ça va changer pour nous, français.

Alors c’est parti. Commençons déjà par voir ce qu’est le marché européen de l’électricité et pourquoi c’était important de le réformer.

Qu'est-ce que la réforme du marché de l'électricité de l’Union Européenne ?

Pour comprendre en quoi consiste la réforme du marché de l’électricité et pourquoi elle intervient, c'est important de bien contextualiser. Alors je vais vous expliquer en mettant tout ça en contexte.

J’imagine que vous l’avez constaté mais depuis le début du conflit en Ukraine les prix de l’électricité ont augmenté.

En fait, ce phénomène s’explique par la forte augmentation des prix du gaz.

Et là vous allez me dire : « mais, si c’est le gaz qui est impacté, pourquoi les prix de l'électricité ont aussi augmenté ? ».

Tout simplement car les règles du marché européen entraînent une forte interdépendance entre les prix de ces 2 énergies.

Pour faire simple, le marché européen c’est l’endroit où se négocient les prix de l’électricité pour toute l’Europe. Et la règle, sur ce marché, c’est que le prix de l’électricité est basé sur le dernier mode de production.

En gros, quand la demande en électricité est faible on utilise que les énergies renouvelables. Le prix de l’électricité sera donc très faible puisque l’énergie éolienne ou photovoltaïque ne coûte quasi rien à produire.

Par contre, quand la demande est forte, on va faire intervenir des sources d’énergie plus chères.

Dans l’ordre :

  • Le nucléaire,
  • le charbon,
  • le gaz,
  • Et enfin le fioul.

Du coup, ça signifie que, quand il y a une forte demande électrique, les centrales à gaz sont activées. Et comme elles coûtent très cher à faire fonctionner, ça fait augmenter le coût de l’électricité partout en Europe.

Sauf qu’en France, on a le nucléaire et on est quasi autonome. Donc, cette augmentation semble un peu injuste pour nous.

Alors qu’au contraire, pour les allemands, qui ont principalement des centrales à charbon, c’est plutôt avantageux.

Du coup, plusieurs pays, dont la France, ont demandé une réforme pour lutter contre la volatilité des prix de l’électricité.

Ce à quoi la Commission européenne a répondu favorablement en présentant un projet de réforme le 14 Mars.


Quels sont les objectifs de la réforme ?

La réforme présentée est une sorte de compromis entre les demandes de la France et celles d’États comme l’Allemagne.

Mais les États membres se sont fixés pour objectifs à travers ce projet de texte de :

  • Développer les énergies renouvelables et progressivement abandonner le gaz et les autres énergies fossiles.
  • Améliorer compétitivité industrielle en Europe.
  • Réussir à stabiliser les coûts de l’énergie.
  • Protéger les consommateurs contre hausse des prix.
  • Permettre une meilleure information des consommateurs et leur offrir plus de choix sur les contrats à leur disposition.

Concrètement le but affiché est de permettre à tous les États un accès à une énergie peu chère et décarbonée.

Pour pouvoir remplir ses objectifs, le texte propose plusieurs mesures clés.


Quelles sont les mesures clés de la réforme ?

Quand on regarde la réforme envisagée on voit qu’il y a plusieurs propositions clés parmi lesquelles figurent :

  • Le devoir d’information des fournisseurs à l’égard des consommateurs sur les risques et bénéfices de chaque contrat de distribution. C’est vrai que comprendre une offre d’électricité n’est pas toujours facile. Au moins avec cette mesure vous saurez exactement à quoi vous vous engagez.

  • La possibilité d’associer les prix fixes et variables de différents fournisseurs. Pour le moment vous ne pouvez choisir qu’une offre à prix fixe ou alors à prix variable.

Avec cette réforme vous pouvez cumuler plusieurs types de tarifs auprès de plusieurs fournisseurs.

Par exemple : vous pourriez être au tarif fixe d’EDF pour le chauffage et choisir une autre offre pour votre voiture électrique.

  • La possibilité pour les producteurs d’énergie de revendre leur surplus de production à tiers et plus uniquement à un fournisseur. Si vous avez des panneaux solaires ça veut par exemple dire que vous pourrez revendre votre surplus à votre voisin.

  • La possibilité pour les États membres de fixer les prix de détails de l’électricité. Le prix de détail, c’est celui que paye le consommateur final (vous). Il s’oppose au prix de gros qui est le tarif auquel votre fournisseur achète l’électricité auprès des producteurs.

  • Le développement des contrats à long terme pour plus de stabilité des tarifs de l’énergie. Ces contrats “Power Purchase Agreement” et “contrats pour différence” existent déjà.

Ils sont même assez répandus. En fait, c’est un contrat conclu pour plusieurs années (jusqu’à 15 ans) entre un producteur et un pouvoir public.

Selon les termes de ce type de contrat, les prix doivent rester dans une certaine fourchette.

  • Si les prix descendent en dessous d’un certain seuil, l'État paie le producteur.
  • Si les tarifs dépassent le seuil, l’État récupère les recettes en trop et les utilise pour soutenir ménages et industriels.

Ces propositions sont donc plutôt bien vues chez nous.

Quel est notre point de vue sur ce texte en France ?


Comme je vous le disais, le système sur lequel repose le marché européen de l’électricité nous est peu favorable. Ce qui fait que le Gouvernement a poussé auprès des États membres pour obtenir une réforme.

Le souci, c’est que l’Allemagne et d’autres pays, qui utilisent des énergies chères et polluantes s’y sont opposés. Du coup, la Commission a fait une proposition à mi-chemin.

Mais dans l’ensemble cette proposition est plutôt bien reçue chez nous car elle va avoir un impact a priori positif.

Qu'est-ce qui va changer pour nous en France ?


Cette réforme va sûrement avoir du bon pour nous parce qu’elle va permettre de :

  • Faire baisser les tarifs de l’électricité.
  • Développer les énergies renouvelables.
  • Bénéficier de prix de l’électricité plus stables.
  • Être mieux informé(e) des offres disponibles.

Vous voyez donc que cette réforme était plutôt nécessaire et qu’elle semble encourageante.

Mais elle n’est encore qu’un projet. Et si Paris pousse pour qu’elle soit vite mise en place, Berlin préfère attendre les prochaines élections européennes. Il va donc y avoir encore pas mal de travail avant que ce soit adopté.

La réforme du marché européen de l’électricité en bref

En bref, cette réforme est censée accélérer la transition écologique. Elle doit permettre le développement des énergies renouvelables et faire baisser le coût de l'électricité. Mais prudence toutefois, il ne s’agit encore pour le moment que d’un projet.

Il faudra donc attendre encore un peu, peut-être jusqu’aux élections européennes, pour voir comment ça prendra forme.

  • Le marché européen de l’électricité est l’endroit où se négocient les prix de gros de l’électricité dans l’Union Européenne.
  • Le système actuel impose que le prix de l’électricité soit basé sur le dernier mode de production utilisé.
  • La réforme est une réponse à la crise énergétique que connaît l’Union européenne.
  • À terme, cette réforme doit réduire la dépendance européenne aux énergies fossiles et limiter la volatilité des prix de l’électricité.

Cet article a été validé par
Maxime
Directeur Commercial
LinkedIn
YouTube
YouTube

Maxime suit de près toutes les équipes techniques de Nouvel'R Énergie et occupe le poste de directeur commercial. Il a également passé beaucoup de temps sur les toitures avec les installateurs. Le photovoltaïque est un sujet qu'il maîtrise depuis plus de 10 ans maintenant.

Ne manquez aucune actualité autour du solaire
Soyez averti des nouveaux produits et des changements d’aides de l’État
Je m’abonne à la newsletter