Pourquoi le prix de l’électricité augmente ?


Vous l’avez sûrement remarqué, l’électricité est un peu plus chère chaque année. C’est simple, en seulement 10 ans, nos factures ont augmenté de près de 30 %, pourtant la consommation électrique est toujours la même. 

En fait il y a beaucoup de facteurs qui expliquent cette augmentation. La modernisation du réseau électrique en est un par exemple, je vais vous donner les autres juste après. 

Malheureusement vous pouvez prévoir une augmentation sur vos prochaines factures. Je vous explique pourquoi dans ce guide, à la fin de votre lecture vous allez pouvoir anticiper les prochaines hausses. On va aussi voir ensemble comment on peut se protéger et économiser de l'argent.

Pour anticiper les prochains montant à payer, on regarde tout de suite ce qui fait augmenter le prix de l’électricité.

Une augmentation des taxes


Sur votre facture, les taxes correspondent à environ 30 % du montant TTC. On y revient plus en détail plus tard. Pour le moment retenez que c’est une somme importante qui est totalement reversée aux pouvoirs publics. Ce sont des taxes que l’État n’a pas prévu de réduire, bien au contraire.


La modernisation du réseau de distribution


Il faut absolument garantir la performance du parc de production. ENEDIS investit pour assurer la sécurité des lignes et pour acheminer rapidement l’énergie. 

Une autre explication, c’est l’arrivée en masse des compteurs Linky. Il a fallu faire beaucoup de rénovations pour pouvoir intégrer ces nouveaux compteurs. D’ailleurs si vous avez des questions sur ce type de compteur on peut en discuter dans les commentaires.


Le coût de l’entretien et de la rénovation du parc de production


Depuis la catastrophe de Fukushima, de nouvelles normes de sécurité ont vu le jour. En plus de ça, le parc nucléaire français est vieillissant du coup son entretien devient particulièrement coûteux.

C’est pour ça qu’EDF a mis en place le grand carénage. Ça consiste à rénover les centrales pour rallonger leur durée de vie. C’est inévitable pour que les centrales puissent continuer à produire.

Conserver les réacteurs nucléaires en état de marche 


La durée de vie des réacteurs de première et deuxième générations est de 25 à 40 ans. Pour la plupart, ils arrivent en fin de vie.

Conserver les réacteurs nucléaires en état de marche est un défi complexe et coûteux.
Les réacteurs solaires vont avoir besoin de rénovation car ils deviennent trop vieux.

EDF doit donc trouver des solutions. Il faut pouvoir les rénover tout en conservant des composants qui ne peuvent être modernisés. C’est un défi complexe et coûteux, pour l’instant on estime que ça va osciller entre 40 et 60 milliards d’euros.


Améliorer la sécurité des centrales


Des travaux de modernisation sont désormais obligatoires pour répondre à de nouvelles normes de sécurité. Ce sont des contraintes très strictes, aussi très coûteuses.

Il est possible que de nouvelles mesures soient encore mises en place. Dans ce cas le coût total va encore augmenter.

Peut-on estimer le coût du nucléaire en France ?


Certains ont essayé de le faire. Je vous laisse jeter un œil à leurs estimations :

La Cour des Comptes évalue la note à 100 milliards d’euros échelonnés sur une vingtaine d’années.

Greenpeace a aussi mis la main à la pâte, l’association l’estime à 224 milliards d’euros.
Quoi qu’il en soit, le montant est assez conséquent. Et malheureusement pour nous, EDF ne peut pas supporter tous ces frais. C’est donc nous qui allons payer plus cher.

La dette colossale du fournisseur français


La dette d’EDF ne s’arrête pas là. Ils ont ajouté à tout ça, deux énormes chantiers : EPR et Cigéo.

La Cour des comptes a annoncé qu’ils avaient perdu plusieurs milliards d’euros sur le chantier EPR (réacteur pressurisé européen). 

Le projet Cigéo consiste à enfouir les déchets nucléaires les plus dangereux. C’est en quelque sorte une immense cave de stockage

Le coût de ce projet serait de 34 milliards d’euros selon l’Agence nationale du traitement des déchets radioactifs.

Tous les frais occasionnés se répercutent directement sur nos factures. 

Les prix du marché


Pour rembourser sa dette, EDF vend son électricité aux fournisseurs alternatifs.

Depuis 2010 avec la loi NOME, le marché s’ouvre à la concurrence. Le but, c’est de faciliter l’accès aux fournisseurs alternatifs et de garantir un prix juste aux consommateurs. Un autre de ses objectifs est de prendre en compte les frais de démantèlement du parc nucléaire.

C’est comme ça que l’Accès régulé à l’électricité nucléaire historique (Arenh) a vu le jour. Ça permet aux fournisseurs alternatifs d’acheter un quota d’électricité à EDF. En fait, l’Arenh fixe des tarifs préférentiels pour ces fournisseurs.

Par contre, s’ils dépassent ce quota, ils achètent le complément d’électricité au prix fort.

Dans ce cas, c’est compliqué de ne pas augmenter le prix de vente pour les clients.

Mais ce n’est pas tout, les prix du marché ont tendance à augmenter à cause :

  • Du prix des quotas d’émission des gaz à effet de serre, pour réduire les énergies fossiles. 
  • Des pays qui souhaitent sortir du nucléaire. Ils ferment des réacteurs, ce qui entraîne des tensions sur le marché (la demande devient supérieure à l’offre). 

L’Europe joue également un rôle.

Pourquoi l’Europe augmente les prix de l’électricité ?

Pour être clair, l’Union Européenne encourage la hausse du tarif réglementé en France. En fait, c’est pour favoriser la concurrence.

Si on continue comme ça, les potentiels entrants devraient vendre à perte, s’ils souhaitent être compétitifs. Clairement, il n’y a rien de bénéfique pour eux.

Le coût de production du nucléaire français est moins élevé que celui des centrales à charbon ou au gaz. Les tarifs réglementés par la France sont donc inférieurs à ceux du reste de l’Europe.

On peut s’attendre à une hausse dans les prochaines années. Si vous êtes toujours avec moi, vous avez toutes les explications pour comprendre la hausse de vos factures.

Maintenant il faut aussi que l’on voie comment est fixé le prix de votre énergie.


Comment est fixé le prix de l’électricité ?


En France, le tarif est fixé par le gouvernement qui consulte les recommandations de la commission de régulation de l’énergie (CRE). Elle prend en compte 3 éléments : la production, l’acheminement et les taxes.

On décompose tout ça.


À quoi correspondent les coûts de production de l’électricité ?


Ce sont toutes les dépenses nécessaires pour fabriquer cette énergie.

Ça regroupe :

  • les coûts d’exploitation
  • de maintenance 
  • la garantie de capacité

En fait, ça correspond aux frais qui permettent de répondre aux besoins d’énergie très importants. Par exemple, l’hiver pendant les grands froids ou l’été pendant les périodes de canicule.

Qui fixe le TURPE ? 

TURPE ça veut dire : Tarif d’Utilisation du Réseau Public d’Électricité.

Ça finance les coûts liés aux réseaux électriques français, c’est le coût d’acheminement de l’électricité.

La TURPE est fixé par la CRE.
Il y a un coût pour que l’électricité arrive jusqu’à chez vous, c’est donc ce qu’on appelle le TURPE.

Il est fixé par la CRE, est réévalué tous les 4 ans.

Pour ne pas trop impacter les particuliers, une hausse d’un peu moins de 3% sera appliquée chaque année jusqu’en 2025.

Le TURPE est composé de plusieurs éléments : 

  • composante annuelle de gestion ;
  • composante annuelle de comptage ;
  • composante annuelle de soutirage ;
  • composante mensuelle des dépassements de puissance souscrite (Tarifs jaunes et verts) ;
  • composante annuelle de l'énergie réactive pour la partie soutirage (Tarifs verts uniquement).

Il se calcule en fonction du tarif réglementé de vente de l’énergie (TRV).

Le montant est proportionnel au nombre de kWh consommé. Il couvre les frais de gestion, le prix du compteur, des relevés, les frais de maintenance…

Concrètement, ça représente près d’un quart de la facture pour les plus gros consommateurs.


Quelles sont les taxes sur le prix de l’électricité ? 


Les particuliers en payent 4 différentes : TVA, CSPE, TCFE et CTA

Pour vous donner une petite idée, leur somme représente plus d’un tiers du prix que vous payez.

La TVA


Elle est de 20% sur le prix du kWh. En revanche, pour les abonnements, elle passe à 5,5%

Cette taxe est intégralement perçue par l’État.



La CSPE


La contribution aux charges de service public de l’électricité (CSPE) permet de soutenir :

  • le développement des énergies renouvelables, 
  • le maintien du tarif de première nécessité (TPN), 
  • la péréquation tarifaire (ça veut dire que les tarifs ne varient pas en fonction de votre zone géographique), 
  • le budget du médiateur de l’énergie.

Les TCFE


Les taxes sur la consommation finale d’électricité sont locales. Elles sont appliquées par votre département et votre commune

Elles sont aussi appelées les taxes sur la consommation de l'électricité.

Elles sont prélevées pour le compte des communes (TCCFE) et des départements (TDCFE). Les prix varient en fonction de votre localisation.

Le fournisseur d’électricité garde au passage 2 % des recettes. 


La CTA


La contribution tarifaire d’acheminement (CTA) est une taxe dont l’objectif est de financer le régime avantageux des salariés d’EDF GDF. C’est l’assurance vieillesse des personnes de l’industrie de l’électrique et du gaz, qui sont partis à la retraite avant 2005. 

Vous avez maintenant tous les éléments qui composent le prix de l’électricité.

On continue avec les évolutions qu’on a pu constater depuis quelques années.


Comment va évoluer le prix de l’électricité ?

Je vous ai préparé une petite rétrospective de ces dernières années :

Je vous ai expliqué tout à l’heure que les tarifs allaient augmenter pour s’aligner avec les autres pays d’Europe

C’est difficile de se prononcer sur des chiffres exacts, mais on peut estimer une augmentation de 80% d’ici 2030. 


L’État peut-il stopper la hausse des prix de l’électricité ?


Oui et non, je m’explique.

Il est déjà arrivé que l’État stoppe la hausse des prix souhaitée par la Commission de Régulation de l'Énergie (CRE). 

Le gouvernement a donc un effet sur les variations qu’on peut observer.

Ça n’est pas forcément bien vu par les concurrents, car ça les empêche d’augmenter leur tarif. Sinon ils risquent de voir leurs clients aller chez EDF. Mais eux aussi préféraient voir les prix augmenter, pour réduire leur dette.

Et pour rajouter une couche, le “gel” des prix n’est que temporaire. C’est un peu reculer pour mieux sauter. Au final, la hausse aura forcément lieu.

Pour résumer, l’État ne stoppe pas les prix mais peut les geler temporairement.

Pas d’inquiétude, il existe des solutions pour contrer ces hausses tarifaires.


Comment faire face à la hausse des prix de l’électricité ? 


La première chose à faire, c’est de changer nos habitudes de consommation.

Par exemple, vous pouvez : 

  • Éteindre vos appareils électriques, au lieu de les laisser en veille, 
  • Installer des ampoules LED moins énergivores, 
  • Utiliser les programmes économiques de votre électroménager
  • Remplacer vos appareils en panne par un modèle affichant au minimum un A+ sur son étiquette énergie.

Ce sont des petits gestes simples qui vont réduire un peu votre facture. D’ailleurs, si vous avez d’autres astuces à partager je suis preneur, vous pouvez les écrire dans la section commentaire.

Pensez à éteindre ou débrancher votre appareil électronique pour faire baisser votre consommation.

Si vous voulez aller plus loin, j’ai écrit un guide de 54 astuces pour réduire sa facture d’électricité. Si ça vous intéresse vous pouvez le consulter en cliquant ici, c’est gratuit.

Il existe d’autres façons de lutter contre la hausse des prix de l’électricité, par exemple les panneaux photovoltaïques. Produire sa propre électricité est un bon moyen de devenir indépendant(e) des fournisseurs.

En installant des panneaux solaires sur votre toiture, vous pouvez produire suffisamment d’énergie pour faire fonctionner tous vos appareils électriques en journée. Comme ça, vous utilisez beaucoup moins d’électricité publique (donc votre facture est considérablement allégée).

Je vais vous expliquer pourquoi ce projet est vraiment intéressant.


Pourquoi investir dans le solaire ?


Il faut savoir qu’en installant des panneaux photovoltaïques sur votre toiture, vous pouvez faire jusqu’à 50% d’économies sur votre facture. 

En plus de ça, le prix n’est plus vraiment un frein.

En fait, de nombreuses aides de l’Etat vous aident à financer vos travaux et à rentabiliser plus vite votre installation. Ça veut dire qu’une fois votre installation rentabilisée, vous produisez de l’électricité gratuitement (et ça, c’est plutôt cool). 



La prime à l'autoconsommation


Cette aide est calculée en fonction de la puissance de votre installation photovoltaïque.



Pour en bénéficier, il faut que votre installation soit en autoconsommation. Il faut aussi qu’elle soit installée par un professionnel RGE et que les panneaux soient posés en toiture.

La revente du surplus 


Le surplus c’est quand vous ne consommez pas l’intégralité de ce que vous produisez.

Donc vous pouvez revendre ce surplus à votre fournisseur. Mais pour ça il faut être raccordé(e) au réseau de distribution. 


Je vous ai préparé un tableau avec les tarifs de rachat :


Il existe encore d’autres aides. Je les ai toutes répertoriées dans un pdf téléchargeable. Vous pouvez le recevoir cliquant ici

Je vous propose de continuer dans les économies. On va voir ensemble ce que vous allez gagner avec un projet photovoltaïque. 


Quelles économies faire avec des panneaux solaires ?


Pour vous donner une petite idée, voici les prix actuels :


Comme je vous ai dit, vous pouvez faire près de 50 % d’économie sur vos factures.

Je vais vous expliquer concrètement comment vous pouvez visualiser le “futur” prix de votre électricité.

Vous avez juste à prendre en compte :

  • le montant de votre facture d’électricité
  • la puissance qui correspond à vos besoins (vous pouvez utiliser notre simulateur en ligne pour avoir une idée de la puissance qu’il vous faut)
  • les aides que vous pouvez toucher

Suivant votre installation, vous avez juste à multiplier la production de votre installation par an sur 25 ans. On prend ce chiffre parce que la plupart des panneaux sont garantis 25 ans, mais leur durée de vie est bien plus longue.

Réaliser des économies avec des panneaux solaires est possible au bout de quelques années.
Une installation photovoltaïque peut produire pendant plus de 25 ans.

Maintenant que vous avez tous les éléments, il n’y a plus qu’à faire le calcul :

Montant de votre installation (avec les aides déduites) / Production de votre installation sur 25 ans = le coût de votre électricité. 

On continue avec les autres solutions pour faire des économies. 

Je vous ai dit tout à l’heure qu’il existait des fournisseurs alternatifs. Ils proposent des prix parfois plus abordables qu’EDF. Je fais référence par exemple aux offres à prix indexés. Voyons ça maintenant.


Quels sont les différents fournisseurs d’énergie ?


Depuis l’ouverture à la concurrence, des fournisseurs alternatifs sont arrivés sur le marché. Ils proposent des solutions pour réduire sa facture annuelle.

Leurs avantages : 

  • Des tarifs moins chers.
  • Des offres sans engagement, avec possibilité de résilier son contrat à n’importe quel moment.

Les offres indexées sur le tarif réglementé 


Elles ont le mérite d’afficher des tarifs au kWh un peu moins élevés. Ça veut dire que peu importe le TRV (Tarifs Réglementés de Vente), l’abonné peut bénéficier d’un prix du kWh inférieur. C’est par rapport au taux de remise fixé au début du contrat. 


Proposer des tarifs compétitifs : un défi de plus en plus complexe pour les fournisseurs alternatifs 


Comme je vous ai dit, une fois que leur quota est dépassé, ils doivent se fournir sur le marché européen. 

Ces dernières années, le prix du mWh (mégawatt-heure) a complètement flambé et ça risque de continuer à cause de :  

  • L’électricité européenne, produite à partir des énergies fossiles, est désormais fortement taxée pour ses émissions importantes de CO2.
  • Plusieurs pays ont décidé d’arrêter leurs centrales. La quantité d’énergie produite a considérablement chuté.

Avant de vous quitter je vous propose de jeter un oeil aux tarifs actuels d’EDF.


Quels sont les différents tarifs EDF en 2021 ?

Votre facture dissocie 2 éléments :

  • le prix de l’abonnement qui dépend de la puissance du compteur électrique 
  • le nombre de kWh utilisé sur une période donnée.


Pour vous faire une idée des montants actuels, je vous donne dans le tableau ci-dessous les tarifs de vente réglementés. Ils sont valables depuis le 1er février 2021.

Voici ceux avec un abonnement de base TTC :


Et ceux avec un abonnement heures creuses TTC :


Ici, nous avons que le tarif bleu. Ça représente le tarif de vente réglementé, ce sont les prix fixes proposés par EDF.

Vous avez maintenant toutes les infos sur le prix de l’électricité et sur son augmentation. Comme ce guide est un peu long je vous propose de faire un récapitulatif avant de partir. 


Augmentation du prix de l’électricité : ce qu’il faut retenir 


Vous savez maintenant pourquoi le prix de l’électricité augmente. Pour rappel, c’est à cause : 

  • Des taxes
  • De la modernisation du réseau de distribution
  • De l’entretien et la rénovation du parc de production
  • De la dette d’EDF
  • Des prix du marché 

Nous avons vu aussi qu’il faudra prévoir une forte hausse de l’électricité dans les prochaines années.

Pour contrer ces hausses, je vous ai parlé des panneaux photovoltaïques. C’est une solution qui vous permet de : 

  • faire des économies sur votre facture 
  • ne plus être dépendant(e) de la hausse des prix.

Nous avons donc terminé avec ce guide. J’espère que j’ai répondu à toutes vos questions concernant l’augmentation du prix de l’électricité. Si jamais vous avez des interrogations auxquelles je n’ai pas répondu, vous pouvez m’écrire en commentaire.

Évaluez notre guide

5.0
/5
1
vote(s)
Merci !
Rafraîchir
Oops! Something went wrong. Check all fields.