Production d’un panneau solaire en autoconsommation : Que faut-il savoir ?

Installer des panneaux solaires pour autoconsommer permet de faire beaucoup d’économies. Et c’est sans doute pour ça que vous avez choisi de devenir producteur de votre propre électricité.

Avant de passer à l’installation de panneaux photovoltaïques il faut maîtriser un sujet important : La production d’un panneau solaire en autoconsommation.

C’est pour ça que j’ai écrit ce guide, à la fin de votre lecture vous serez incollable sur :

  • Ce que c’est, la production d’un panneau solaire en autoconsommation
  • Comment améliorer la production de votre installation
  • Comment obtenir une rentabilité plus rapide.

On commence sans plus attendre par éclaircir le sujet.


La production d’un panneau solaire : Définition simple

Le panneau solaire photovoltaïque produit de l’électricité, jusque-là rien de bien compliqué. Quand on parle de la production d’un panneau solaire, on fait souvent référence à la quantité d’électricité qu’il peut créer.

La quantité d’électricité est mise en relation avec la puissance du capteur. Pour vous le dire plus simplement, 1 kilowatt crête (kWc) peut produire environ 1 150 kilowattheures (kWh) en une année.

Si vous ne maîtrisez pas ces unités de mesure, pas de soucis, on en parle tout de suite. Pour les autres on se retrouve un peu plus bas.

KWc, kWh, Watt Crête : comment s’y retrouver ?

Déjà posons la première base : le watt. Les watts représentent la puissance électrique de n’importe quel équipement (micro-onde, télévision, mixeur, panneau photovoltaïque).

En gros, si votre micro-onde est d’une puissance de 800 watts ça veut dire qu’il va tirer 800 watts sur le réseau public pour réchauffer votre plat.

Voilà maintenant on peut parler plus spécifiquement de nos panneaux solaires.

Le Watt crête

Vous allez voir c’est très simple.

Le watt crête, c’est la puissance maximale d’un panneau solaire. Ça veut dire que si vous avez un capteur d’une puissance de 320 Wc, dans des conditions optimales il peut produire 320 watts.

Attention ça ne veut pas dire que votre module va produire 320 watts.

320 Wc c’est la puissance qu’on arrive à obtenir en laboratoire, quand on réunit les conditions de production optimales (bonne inclinaison, température ambiante de 25°, ensoleillement parfait).

Du coup à quoi ça sert d’avoir cette info si ça ne vous dit pas ce que vous allez produire ? Eh bien ça vous permet de comparer les différents panneaux entre eux. Si un panneau affiche 350 Wc c’est qu’il sera plus puissant qu’un panneau de 320 Wc même s’il ne produit pas 350 watts.

J’espère que c’est clair pour vous, maintenant il faut aborder le kWc et le kWh.

Le kWc et le kWh

Là encore c’est super simple.

Le kWc c’est la puissance maximale d’un panneau (ou d’une installation photovoltaïque). Alors que le kWh c’est la quantité d’énergie produite sur une heure.

Par exemple, une installation de 3kWc peut produire 3 600 kWh sur une année en moyenne.

Maintenant que vous êtes à l’aise avec les unités de mesures, je vais vous donner la clé pour améliorer la production des panneaux. Vous savez, je vous ai dit que la puissance maximale était calculée en laboratoire avec des conditions parfaites.

Eh bien je vais vous donner ces conditions parfaites, après on va voir comment on peut les réunir chez vous.

Quels facteurs influent sur la production d’un panneau solaire ?

Voici ce qui va définir la production de votre installation en autoconsommation :

  • L’exposition de vos panneaux photovoltaïques
  • Le niveau d’ensoleillement et du climat de votre région
  • Les obstacles qui peuvent faire de l’ombre sur vos capteurs

L’orientation des modules.

Différents facteurs influent sur la production d'un panneau solaire.
Exemple d’aléa naturel pouvant impacter la production de vos panneaux solaires

On regarde tout de suite comment installer vos panneaux pour qu’ils produisent le plus d’électricité possible.

Comment améliorer la production d’un panneau solaire en autoconsommation ?

On voit tout de suite comment réunir les conditions que j’ai listé chez vous.

L’exposition

Bon si votre toiture n’est pas exposée plein sud vous ne pourrez rien y faire. D’ailleurs il faut savoir qu’une exposition est ou ouest permet aussi de produire pas mal d’électricité.

Mais évidemment c’est au sud que vos panneaux seront les plus productifs.

Si votre maison n’a pas de pans de toiture au sud, vous pouvez toujours installer vos panneaux au sol. Comme ça vous choisissez l’exposition.
Par contre avec des panneaux photovoltaïques au sol vous ne pouvez pas toucher la prime à l’autoconsommation (ce qui représente quand même beaucoup d’argent).

Pour terminer sur la question de l’exposition, je vous conseille d’installer vos panneaux en toiture mais si vous n’êtes pas exposé(e) plein sud.

On continue avec l’inclinaison des panneaux solaires.

Inclinaison

La position du soleil dans le ciel n’est pas la même en été et en hiver (il est haut en été, bas en hiver). Donc si jamais vous avez choisi de les installer au sol, vous pouvez changer leur inclinaison. Ou alors vous pouvez installer un tracker, c’est un bras articulé qui suit le soleil (comme les tournesols).

Par contre s’ils sont installés en toiture il faut qu’ils soient inclinés à 30° c’est une moyenne. Là encore si votre toit n’a pas de pente à 30° vous pouvez modifier ça avec des supports de fixations.

Je préfère rester honnête, entre 10 et 30° on obtient une production avec une différence de 7% sur l’année. Ce n’est donc pas fatal si vous n’avez pas une inclinaison parfaite.

Bon, je vous passe le taux d’ensoleillement, sur ce point vous ne pouvez pas agir malheureusement. Il reste encore une chose qui peut faire la différence, c’est la qualité de votre installation solaire.

L'inclinaison des panneaux solaires est un critère à ne pas négliger.
Même si votre toit n’est pas incliné à 35° vous pouvez quand même installer des panneaux solaires.

Et la qualité dans tout ça ?

Ce qui est bien avec la chute des prix dans le photovoltaïque, c’est que tous les panneaux puissants sont devenus moins chers. La qualité est très souvent au rendez-vous.

Pour vous donner un exemple voici les prix que j’ai pu observer sur le marché (j’en profite pour mettre un peu notre entreprise en avant en vous donnant nos prix à nous) :

Les aides de l'État sont déduites des prix affichés. Ce tableau vous indique le prix à ne pas dépasser pour une installation, en fonction de sa puissance et les prix pratiqués chez Nouvel’R Énergie pour du matériel d’entrée de gamme sans option, main-d’œuvre et démarches administratives incluses.

Tout ça pour dire que si vous vous adressez à un bon installateur de panneaux solaires, vous aurez forcément des panneaux de qualité.

Reste à voir pour l’onduleur photovoltaïque. Si vous vous êtes déjà renseigné(e) vous avez dû lire des tas de bonnes critiques sur les micro-onduleurs. Ils sont plus petits et ils sont placés sous chaque panneau.

Pour de l’autoconsommation totale c’est le top, parce que ça permet de produire plus. Avec un onduleur central la production s’arrête si l’un des panneaux ne produit plus. Alors qu’avec ces petits boîtiers rien ne peut stopper la production totale.

Après si vous êtes en autoconsommation pour utiliser le maximum d’énergie, ce qui est bien aussi c’est l’onduleur hybride. On peut dire que c’est un appareil intelligent. En fait, il sait comment gérer la production de vos panneaux.

Exemple simple : si vous stockez votre électricité, il sait à quel moment il doit envoyer le courant sur le réseau ou dans la batterie solaire.

Parlons ménage !

La production de vos panneaux solaires peut diminuer de 2 à 7% s’ils sont sales. Pensez à enlever les feuilles mortes qui pourraient tomber dessus, dépoussiérez et nettoyez la surface une fois par an. Si vos panneaux solaires sont posés sur votre toit ne montez pas. Appeler un professionnel ou acheter un balai télescopique pour les laver depuis le sol.

La qualité des panneaux solaires est un critère important pour obtenir une bonne production.
Ne montez jamais sur votre toit pour nettoyer vos panneaux solaires.

Quel panneau solaire choisir pour avoir un bon rendement ?

Bon, comme pour les onduleurs, si vous vous êtes déjà renseigné(e) vous savez qu’il faut installer des panneaux monocristallins.

Pour celles et ceux qui ont encore un doute sur ce que ça veut dire, je vous l’explique rapidement.

Les cellules des panneaux solaires sont faites à base de silicium. Et ce silicium donne naissance à deux cellules : les polycristallines et les monocristallines.

En fait, le silicium n’est pas raffiné de la même façon et c’est ça qui fait la différence. Pour ne pas rentrer dans une technique un peu compliquée, il faut juste retenir que le meilleur rendement, on l’obtient avec le monocristallin.

Aujourd’hui on ne propose quasiment plus de panneaux polycristallins. Par contre tous les panneaux monocristallins n’ont pas tous la même production, ça se joue au niveau de la technologie.

Quid des nouvelles technologies pour booster la production d’un panneau solaire ?

De nouveaux types de panneaux solaires encore plus performants sont à l’étude et devraient sans doute sortir prochainement. On parle depuis des années des panneaux solaires en perovskite qui promettent un rendement de 22% (la moyenne se situe à 18%).

Les tests ne sont pas encore concluants, les cellules en pérovskite se dégradent sous l’effet de l’humidité, des ultraviolets et de la chaleur. Ce n’est pas très pratique pour un capteur solaire installé en extérieur.

Sinon, on trouve aussi des panneaux bifaces qui ont des cellules photovoltaïques dessus et dessous. Ils captent les rayons solaires de tous les côtés (y compris ceux réfléchis par l’herbe ou le gravier), ils peuvent augmenter la production d’électricité de 10 à 20%.

Mais pour des panneaux solaires posés sur toiture, ces 2 faces n’ont aucune utilité.

Ensuite, arrivent les panneaux aérovoltaïques, aussi appelés panneaux solaires thermiques ou panneaux solaires hybrides. Ils sont équipés d’un système de refroidissement qui permet d’augmenter de 10% le rendement comparé à des modules classiques.

En parlant de rentabilité je me rends compte qu’on n’a pas encore abordé le sujet. On y vient juste après.

D'abord, je veux vous parler d'une autre technologie qui pourrait vous intéresser selon moi.

Le vitrage photovoltaïque : Faire des économies avec ses fenêtres c'est possible ?

Le domaine du solaire possède de nombreuses innovations, nous l'avons vu avec les panneaux en perovskite. Donc si je vous dis qu'on peut transformer les fenêtres en panneaux solaires ça ne devrait pas vous étonner.

On appelle ça du vitrage photovoltaïque. C'est tout simplement une plaque en verre transparente équipée de cellules photovoltaïques.

Ce qui est super cool, c'est qu'on peut assombrir la vitre en fonction de l'intensité du soleil. Donc lorsqu'il fait chaud en été, vous pouvez garder la fraîcheur dans votre maison. Si vous voulez que j'approfondisse leur fonctionnement, vous pouvez m'écrire en commentaire.

Vous vous demandez où vous pouvez installer le vitrage photovoltaïque ? Eh bien c'est simple, vous pouvez en mettre à la place de toutes les surfaces vitrées de chez vous. En fait c'est idéal si vous ne souhaitez pas installer de capteurs solaires sur votre toit.

Concernant le rendement, il est assez faible. Il est d'environ 5%, pour le moment. Mais on verra sûrement des améliorations dans le futur. D'ailleurs, je vous propose d'aborder le sujet de rentabilité maintenant.

La production d’un panneau solaire influe sur la rentabilité

On l’a déjà vu plus haut donc je ne reviens pas sur les conditions qui feront que votre production sera optimale.

Par contre, comme je vous l’ai dit, le taux d’ensoleillement lui, vous ne le choisissez pas. Pas de panique, on va voir qu’en fait le solaire c’est rentable partout en France.

La production d'un panneau solaire influe sur la rentabilité.
Illustration du niveau d’ensoleillement en France.

Si on regarde cette carte, on voit bien que le nord profite moins de soleil que le sud.

Je vais prendre un exemple concret, à Cannes avec une installation de 3 kWc on peut produire : 1200 kWh x 3 = 3 600 kWh.

Donc si je prends la même puissance pour Nantes ça donne : 1100 x 3 = 3 300 kWh. La différence n’est pas extraordinaire.

Tout est une question de puissance, si vous voulez produire 3 600 kWh à Nantes il faudra que votre installation dépasse légèrement les 3 kWc.

On en vient donc à la question du dimensionnement.

Calcul panneau solaire : Quelle surface prévoir ?

Le dimensionnement de votre installation solaire se fait principalement en fonction de vos besoins et de la surface disponible. Je m’explique.

Si vous n’avez pas beaucoup de place mais que vous voulez produire beaucoup d’électricité, il vous faudra des panneaux très puissants. Dans le cas contraire, si vous avez de la place, vous pouvez acheter un peu plus de panneaux moins puissants (et aussi moins chers).

Vous pouvez vous lancer dans des calculs pour poser des panneaux solaires, au final aujourd’hui toutes les toitures sont assez grandes

En fait, vous devez connaître la puissance idéale pour vous. Une fois que vous avez cette puissance, il sera plus facile de savoir combien de panneaux il vous faut.

D’ailleurs vous pouvez utiliser notre simulateur en ligne. Il vous donne un ordre d’idée, il vous donne aussi une estimation des économies que vous pouvez faire (c’est gratuit bien sûr).

Production d’un panneau solaire en autoconsommation : Ce qu’il faut retenir

Maintenant qu’on a fait le tour de la question, on revient sur le plus important.

Quand vous êtes en autoconsommation, il faut que la production de vos panneaux s’aligne à la consommation de votre foyer.

Du coup ce qui va être déterminant c’est de trouver le bon conseiller. Il faut que la personne qui va vous estimer une puissance soit très précise.

Bon, vous me voyez venir mais je vous le dis quand même : Nos conseillers sont disponibles pour vous aider dans votre projet. Vous pouvez cliquer sur le bouton “être rappelé(e)” et on vous rappelle quand vous êtes disponible.

En bref, si la puissance que vous installez correspond à votre consommation, vous allez pouvoir être pratiquement indépendant(e) du réseau EDF.

Donc pour résumer, vous devez connaître :

  • votre consommation de kWh à l’année
  • votre potentiel de production
  • la puissance d’installation solaire qu’il vous faut

Si vos panneaux ont été installés en respectant tous ces critères, votre projet sera forcément rentable.

D’ailleurs une dernière petite chose comme on parle d’un investissement qui n’est pas anodin… Chez Nouvel’R Énergie on s’engage sur le nombre de kWh que vous allez produire. Comme ça si vous n’avez pas produit ce qu’on a annoncé on vous rembourse la différence.

C’est tout pour moi, si je n’ai pas répondu à toutes vos questions vous pouvez les écrire ici. Une section commentaire est disponible juste en dessous.

Évaluez notre guide

5.0
/5
1
vote(s)
Oops! Something went wrong. Check all fields.