Que faut-il savoir sur la souveraineté énergétique ?

Avec la crise du marché de l’énergie, les prix de l’électricité se sont envolés. L’idée que la sécurité énergétique de la France pouvait être menacée a commencé à apparaître. Avec elle, c’est la notion de souveraineté énergétique qui a émergé. Mais que signifie cette notion ? Comment l’atteindre et pour quelles raisons ? Je vais tout vous expliquer dans ce guide pour que vous soyez incollable sur le sujet.

Contexte et définition de la souveraineté énergétique

Pour comprendre ce concept, il faut évoquer le contexte de la filière de l’énergie.

Le contexte du marché de l’énergie

L’année 2022 a marqué un tournant dans le marché de l’énergie en Europe. Avec l’invasion de l’Ukraine par la Russie en février 2022, des tensions sont apparues. Et l’approvisionnement en gaz vers l’Europe depuis la Russie a été stoppé.

En effet, en 2021, l’Union européenne (UE) a consommé 400 milliards de mètres cubes de gaz. 45 % de ce total était fourni par la Russie .

Qu’en est-il en France ? Nous avons été moins touchés que nos voisins par l’arrêt des livraisons du gaz russe. En 2021, le principal importateur de gaz français était la Norvège (36 %) derrière la Russie (17 %).

Nous avons tout de même connu des difficultés. Notre parc nucléaire vieillissant a rencontré des difficultés, ce qui a entraîné l’arrêt de nombreux réacteurs pour réparation.

Venons-en maintenant à la définition même de la souveraineté énergétique.

La définition de la souveraineté énergétique

Que signifie exactement cette notion ? C’est la capacité pour un pays de satisfaire ses besoins en énergie de façon autonome. On parle ici principalement du gaz et de l’électricité.

Il s’agit donc pour un État de déterminer d’abord ses besoins en gaz et en électricité dans tous les domaines : transport, habitat, secteur tertiaire, industrie, etc. Puis, il devra mettre en œuvre les moyens nécessaires pour y répondre seul.

Il faut alors disposer sur le territoire national des usines de production suffisantes pour répondre à la demande. Il s’agit en France de centrales nucléaires, de parcs d’énergies renouvelables, etc.

Mais pourquoi cette autonomie énergétique est-elle recherchée ? En quoi est-ce important de parvenir à cette indépendance ? Je vous l’explique tout de suite.

En quoi est-il important de parvenir à la souveraineté énergétique ?

Derrière cette idée, on comprend qu’il s’agit de ne pas dépendre de pays tiers pour son approvisionnement énergétique.

Pourquoi ? Parce qu’en cas de conflit, comme on l’a vu avec la guerre en Ukraine, l’approvisionnement peut être compromis.

Derrière l’autonomie, il y a donc l’idée de sécurité énergétique. C’est évidemment rassurant de ne dépendre que de soi-même pour ses besoins en gaz et électricité.

Mais comment parvenir à cet idéal d’indépendance ? On fait le point à ce sujet maintenant.

Comment atteindre la souveraineté énergétique ?

Plusieurs leviers existent pour parvenir à l’autonomie en énergie.

Le développement des énergies renouvelables

D’abord, les énergies renouvelables (ENR) sont un formidable outil pour l’indépendance énergétique.

Quand on parle d’ENR, il s’agit d’énergie verte. C’est la même chose.

Il s’agit d’une source de production qui provient d’un élément naturel : le vent, le soleil, l’eau, etc. Voici les principales ENR qui existent :

  • le solaire thermique (pour produire de la chaleur) ou photovoltaïque (pour obtenir de l’électricité) ;
  • l’éolien qui peut être terrestre ou en mer (offshore).
  • l’hydraulique qui permet de produire de l’électricité à partir de barrages.
  • la géothermie qui puise les calories présentes dans le sous-sol. Cela permet d’obtenir de la chaleur ou de l’électricité.
  • la biomasse qui repose sur l’utilisation des matières organiques pour produire de l’électricité.

Le développement du renouvelable est indispensable pour atteindre notre objectif climatique : la neutralité carbone d’ici 2050. Mais il nous permet aussi de développer notre indépendance énergétique.

La diversification des sources d’approvisionnement 

Pour devenir autonome, il ne faut pas dépendre d’un seul pays pour s’approvisionner en gaz ou électricité.

Il est donc devenu indispensable de diversifier les sources d’approvisionnement. Ainsi, en cas de conflit, il suffit de se tourner vers d’autres partenaires pour obtenir un complément de fourniture.

Les tensions qui sont apparues entre la Russie et l’UE à la suite de la guerre en Ukraine ont poussé les Etats à accélérer cette diversification. Il n’était plus question de donner à la Russie une place trop importante dans les importations de gaz dans l’UE.

La diversification est devenue indispensable. D’autres pays ont été sollicités. Les États-Unis ont augmenté leur livraison de GNL (gaz naturel liquéfié) vers le vieux continent. D’autres États comme l’Algérie ont également augmenté leurs exportations de gaz naturel.

Mais la diversification des sources d’approvisionnement n’est pas la seule solution pour gagner en indépendance.

L’efficacité énergétique permettant de diminuer la demande

En France, depuis l’été 2022, les pouvoirs publics ont lancé une grande campagne sur la sobriété énergétique. En prévision d’un hiver qui s’annonçait tendu sur le marché de l’énergie, il est devenu indispensable de diminuer la consommation.

Tous les secteurs étaient concernés. Les ménages comme les entreprises ont été appelés à faire un effort.

Il est devenu indispensable de limiter la demande, afin que la France ne se trouve pas en difficulté au niveau de sa production.

Et pour cela, rien de mieux que d’inciter à la rénovation énergétique des bâtiments. Et oui, des bâtiments mieux isolés réduisent la consommation de gaz et d’électricité.

Isolation des planchers, des murs et des combles, installation de double vitrage, pose d’un chauffage performant. Les pistes sont nombreuses pour réduire les dépenses en énergie d’un bâtiment.

Et des aides publiques existent pour financer une partie des travaux.

D’ailleurs les politiques publiques ont un rôle crucial à jouer pour atteindre la souveraineté énergétique

Les politiques publiques mises en œuvre pour parvenir à la souveraineté énergétique

Ce sont les politiques publiques qui vont donner la direction à prendre vers l’indépendance énergétique.

Et c’est au niveau de l’UE que les décisions sont prises. Dans ce sens, la Commission européenne est en train de travailler à une réforme du marché de l’énergie.

Le but affiché du texte est « de développer les énergies renouvelables, mieux protéger les consommateurs et renforcer la compétitivité industrielle ». L’objectif est de réduire la dépendance de l’UE aux énergies fossiles (charbon, pétrole) et de stabiliser les prix de la filière.

En effet, le marché de l’énergie a subi une crise importante faisant flamber les prix. Il est donc indispensable de trouver des solutions pour sécuriser l’approvisionnement et maintenir les prix.

Avant de parvenir à cette autonomie, plusieurs défis restent à relever. Je vous en parle tout de suite

Quels défis à relever pour atteindre la souveraineté énergétique ?

Je vais vous expliquer les difficultés rencontrées pour parvenir à l’indépendance énergétique.

Des investissements importants nécessaires

Déjà, le premier obstacle est financier. Pour parvenir à la souveraineté énergétique, il faut investir des sommes importantes.

Si un État ne veut pas dépendre des autres pour répondre à ses besoins en énergie, l’investissement sera élevé. Il lui faudra notamment construire des parcs d’ENR, agrandir des installations existantes, etc.

Ainsi en France, dans son discours de Belfort en février 2022, le Président de la République a donné deux directions. Le développement des énergies renouvelables et la relance du nucléaire sur le territoire.

Mais cela nécessite des sommes colossales. Début 2023, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire chiffrait entre 60 et 70 milliards d’euros supplémentaires par an, nécessaires pour réussir la transition énergétique.

Si vous voulez en savoir plus sur ce point, je vous laisse découvrir le guide que j’ai rédigé sur le remplacement des centrales nucléaires par des panneaux solaires.

Des intérêts divergents face à la souveraineté énergétique

L’indépendance énergétique se heurte à des intérêts différents sur le marché.

Les acteurs relevant du secteur des énergies fossiles par exemple peuvent se sentir menacés par le développement des ENR.

L’installation de parcs d’ENR rencontre également des oppositions. Riverains et associations de protection de l’environnement contestent le déploiement des éoliennes par exemple.

Il n’est donc pas forcément aisé pour les Etats de parvenir à l’indépendance énergétique, sans heurter certaines sensibilités.

Mais ce n’est pas tout. Car la réglementation représente également un obstacle.

Une réglementation complexe difficile à remanier

Un État ne peut pas décréter seul qu’il souhaite atteindre l’indépendance énergétique. Pas dans l’UE en tout cas.

La France appartient ainsi au marché européen de l’énergie. Les décisions relevant de ce secteur sont donc prises par la Commission européenne.

C’est dans ce contexte qu’une réforme est en cours pour modifier le marché de l’énergie en Europe. Mais un pays ne peut pas faire cavalier seul au sein de l’UE.

Cela rend la réglementation plus difficile à bouleverser puisqu’il faut l’accord des Etats européens pour faire évoluer les règles.

Il y a tout de même des pays (hors UE d’ailleurs) qui ont atteint la souveraineté énergétique. Je vous détaille cela maintenant.

Exemples de pays ayant atteint la souveraineté énergétique

Je vais vous parler de trois exemples de pays ayant atteint l’indépendance énergétique.

La Norvège

Le pays possède de nombreuses chutes d’eau et rivières. Cela lui permet d’en tirer profit pour produire de l’énergie hydraulique.

95 % de l’électricité norvégienne est issue de cette source de production. Cela lui permet d’ailleurs d’exporter une partie de cette électricité.

La Norvège possède également des gisements de pétrole et de gaz naturel sur son territoire. D’ailleurs, là aussi, il est exportateur. Vous vous souvenez que je vous ai dit que c’était le premier fournisseur de gaz en France ?

Ces ressources permettent à la Norvège d’être indépendante du point de vue de l’énergie.

L’Islande

Pays insulaire, l’Islande est une référence mondiale en matière d’énergies renouvelables.

En effet, la totalité de son mix électrique est renouvelable. Le pays peut compter sur sa production hydraulique, mais pas seulement.

L’Islande a su tirer parti de la géothermie pour puiser les calories dans le sous-sol pour sa production d’énergie. Le pays repose sur une terre volcanique qui favorise l’exploitation de la géothermie.

Ainsi, l’Islande se suffit à elle-même en ce qui concerne sa production d’énergie. 

Le Costa Rica

Au cœur de l’Amérique centrale, le Costa Rica est également un modèle en ce qui concerne les énergies renouvelables. Près de 100 % de son mix électrique provient des énergies vertes.

Hydraulique, géothermie et éolien sont les principales sources de production.

Grâce à un immense barrage et à un lac artificiel, l’hydroélectricité bat son plein dans le pays.

C’est un exemple intéressant d’un État qui a su exploiter ses ressources naturelles pour développer les énergies renouvelables. De cette façon, il a gagné son indépendance énergétique.

Toutefois, cette autonomie connaît des limites. Je vous les explique à présent.

Et si vous voulez savoir où en est la France dans son mix énergétique, je vous laisse lire l’article que j’ai écrit à ce sujet.

Les limites de la souveraineté énergétique

Est-il réellement souhaitable qu’un État soit autonome au niveau de sa production ? Pas forcément.

Prenons l’exemple de l’UE. Le marché européen de l’énergie crée une interdépendance entre les États. Et heureusement !

En cas de problème d’approvisionnement, les pays savent qu’ils peuvent compter sur leurs voisins.

Tous les ans, en fin d’année, la France importe ainsi de l’électricité de ses voisins pour répondre à la demande des consommateurs.

Cela est possible via des interconnexions. Ce sont des réseaux qui relient les pays et permettent d’échanger de l’électricité.

Et ce n’est pas tout ! Cette solidarité est l’occasion pour la France et ses voisins d’exporter. Tous les ans, la France exporte une partie de son surplus de production vers l’étranger. C’est possible à certaines périodes de l’année, lorsque la demande est plus faible.

Cette solidarité présente donc un intérêt pour tous.

Une certaine indépendance est donc souhaitable pour sécuriser l’approvisionnement. Mais rendre hermétique chaque marché national serait au contraire dangereux.

Je vous ai donné de nombreuses informations dans ce guide. On va reprendre les infos clefs à retenir.

  

Souveraineté énergétique : récapitulatif et perspectives

Voici ce que vous devez retenir de ce guide. La souveraineté énergétique :

  • correspond à l’idée d’une certaine indépendance nationale dans la production d’énergie ;
  • est possible en développant les énergies renouvelables, en diversifiant les sources d’approvisionnement et en accélérant l’efficacité énergétique.
  • nécessite des investissements importants et de concilier des intérêts contraires ;
  • a déjà été atteinte par certains pays ;
  • doit être réalisée avec souplesse, pour maintenir la solidarité entre pays.

Quelles perspectives pour l’indépendance énergétique ? L’UE est consciente qu’elle doit améliorer son indépendance en matière de production d’énergie. Pour autant, cela ne doit pas entraîner un repli de chaque État.

La Commission européenne va donc travailler pour faire évoluer la réglementation. L’idée est que chaque État dispose de suffisamment d’indépendance tout en préservant une coopération avec ses voisins.

Parce que l’autonomie ira de pair avec la solidarité en Europe.

Cet article a été validé par
Louis
Fondateur & président
LinkedIn
YouTube
YouTube

Fondateur de Nouvel'R Énergie, Louis est un expert dans le secteur des énergies renouvelables. Sa passion pour l'innovation a permis de positionner notre entreprise comme un acteur majeur du marché en France.

Ne manquez aucune actualité autour du solaire
Soyez averti des nouveaux produits et des changements d’aides de l’État
Je m’abonne à la newsletter