L’installation de chauffe-eau thermodynamique : le topo

Dans cet article, vous allez trouver des informations sur l’installation d’un chauffe-eau thermodynamique. Je réponds à 7 questions clés que se pose tout acquéreur potentiel : 

  • Comment se déroule l’installation ?
  • Quel type d’installation choisir ?
  • Où mettre le ballon thermodynamique dans son logement ?
  • Quel volume de pièce convient-il ?
  • Comment optimiser l’installation d’un chauffe-eau ?
  • Qui se charge d’installer l’appareil ?
  • Comment financer le remplacement du chauffe-eau ?

On commence sans plus tarder par le plus important : comment installer un chauffe-eau thermodynamique ? 

Comment se déroule l’installation d’un chauffe-eau thermodynamique ?

Après moult études comparatives, vous êtes décidé(e), c’est un chauffe-eau thermodynamique (CET) qu’il vous faut installer à la maison… Mais pas sans l’aide d’un professionnel. Pour bénéficier des aides de l’État, l’intervention d’un technicien agréé à domicile est requise. Il serait bien dommage de vous priver de ce coup de pouce financier.

En fonction du modèle choisi et de la configuration de votre logement, le technicien procède :

  • au démontage de l’ancien équipement d’eau chaude ;
  • à la pose et au branchement hydraulique et électrique du nouveau ballon ;
  • à l’évacuation des condensats (volumes d’eau) par le groupe de sécurité ;
  • au passage des gaines éventuelles dans les murs ;
  • à la programmation du dispositif.

Conservez votre facture à la fin du chantier. Elle vous servira de justificatif pour le versement des aides financières.

Quelle installation de chauffe-eau thermodynamique choisir ?

Si vous faites les choses dans le bon ordre, conseillé par un installateur qualifié, trois types d’installations vous seront proposés. Chaque maison, chaque appartement a ses propres caractéristiques. Et toutes les installations ne leur conviennent pas systématiquement.

Trois types d’installation pour les ballons monobloc, split ou multi-split sont disponibles sur le marché du CET :

  • l’installation sur air ambiant ;
  • l’installation sur air extérieur ;
  • l’installation sur air extrait en combinaison avec une ventilation mécanique contrôlée (VMC).

Comment être sûr de faire le bon choix de chauffe-eau thermodynamique ? On regarde ça plus en détail. 

L’installation sur air ambiant

Pour ce type de chauffe-eau, l’air est capté et refoulé à l’intérieur. L’installation peut être réalisée dans n’importe quel logement, pourvu qu’il dispose d’une pièce non habitée de 10 m² minimum. Les garages, les buanderies ou les celliers où l’air se refroidit, sont des pièces idéales. Seule condition : qu’elles soient bien ventilées.

Si vous disposez d’une chaudière ou d’un sèche-linge, le chauffe-eau peut même profiter de la chaleur émise pour récupérer les calories dans l’air.

L’installation sur air extérieur

Le chauffe-eau aérothermique sur air extérieur est une autre technologie qui produit de l’eau chaude sanitaire. L’inconvénient est d’avoir à installer des gaines pour l’entrée et la sortie de l’air extérieur. Aucune surface minimum n’est requise dans le cadre de cette installation. L’air du local où se situe le chauffe-eau n’est pas impacté.

L’installation sur air extrait

Cette configuration implique le raccordement du chauffe-eau à la VMC du logement. Vous évitez le passage de gaines dans les murs et profitez des systèmes de flux d’air déjà en place. Mais seule la VMC simple est compatible avec l’installation d’un chauffe-eau thermodynamique. La VMC double flux (non compatible) est déjà dotée d’un système réversible, qui extrait les calories et réchauffe l’air ambiant.

Je vous invite à jeter un oeil sur mon article sur le chauffe-eau thermodynamique vmc pour en savoir plus.

Où mettre le ballon thermodynamique ?

Pour être performant et économe en énergie, votre ballon doit être bien dimensionné et installé correctement. Mettez toutes les chances de votre côté en déléguant cette mission à un artisan qualifié qui sait précisément où installer le chauffe-eau.

Sur certains modèles, le ventilateur du dispositif est bruyant. Les professionnels déconseillent l’installation du ballon à proximité des chambres, surtout si la ventilation se met en route la nuit. Elle peut créer une gêne sonore.

L’emplacement du ballon n’est pas choisi par hasard. Pour limiter les pertes thermiques du ballon, appelées aussi pertes statiques, privilégiez toujours un local attenant à une pièce chauffée. Les installateurs préconisent le garage attenant au logement, le sellier ou la buanderie, dans le cas d’une installation par air intérieur et extérieur. En revanche pour l’installation par air extrait, le ballon est installé à même le volume chauffé (salon, cuisine, salle de bain, entrée du logement par exemple).

Quel volume de pièce pour un chauffe-eau thermodynamique ?

Un chauffe-eau thermodynamique peut s’installer en maison individuelle, comme en appartement. Pour certains modèles de CET, un volume de pièce est toutefois recommandé. Si vous vivez dans un studio ou un deux-pièces, et que vous manquez d’espace, votre projet pourrait être compromis.

Pour fonctionner de manière optimale, le chauffe-eau doit capter une quantité suffisante de calories dans l’air. C’est le cas des installations par air intérieur. Les experts en plomberie-chauffage estiment qu’un volume d’au moins 20 m3 est suffisant pour un ballon de stockage de 150 à 300 litres. La pièce de 10 m² doit disposer d’une hauteur sous plafond de 1,5 m minimum et présenter une température de 5°C minimum.

Si vous prévoyez d’éventuels travaux, notamment l’extension de votre maison, tenez compte de toutes ces indications.

Pour des systèmes aérothermiques sur air extérieur ou air extrait, aucun volume minimum n’est requis. L’air est refoulé à l’extérieur. Et l’air du local n’est pas impacté.

Comment optimiser l’installation d’un chauffe-eau thermodynamique ?

Pour obtenir de meilleurs rendements, les performances des CET dépendent on l’a vu dans certains cas de l’emplacement du ballon, mais pas seulement. Deux autres conditions sont aussi déterminantes :

  • le dimensionnement du ballon, selon vos besoins réels d’eau chaude, variables en fonction du nombre d’occupants vivant sous le même toit ;
  • la température de consigne (idéalement entre 45° et 50°C).

Un ballon surdimensionné, de même qu’une eau chauffée à outrance, conduit à une baisse du coefficient de performance. Une personne vivante seule peut amplement se contenter d’une capacité de stockage de 50 litres, contre 200 litres pour une famille de 4 personnes.

N’oubliez pas que votre appareil doit aussi répondre à la certification NF « performance chauffe-eau ». Le label garantit la sécurité électrique du ballon et la qualité des matériaux de fabrication. Demandez toujours conseil à un professionnel pour le choix du ballon, et exigez surtout un produit de qualité.

Qui installe un chauffe-eau thermodynamique ?

Je vous parlais en début d’article du recours à un professionnel agréé pour l’installation du chauffe-eau thermodynamique. Rien ne vous oblige à passer par un artisan reconnu garant de l’environnement (RGE). Ce choix vous appartient. C’est néanmoins l’une des conditions sine qua none pour obtenir les aides et subventions de l’État.

Pour savoir si un artisan est qualifié RGE, il doit vous présenter son certificat RGE au moment du devis. L’attestation a une durée de validité de 4 ans. Faites donc attention à ce petit détail, au risque de perdre votre éligibilité aux aides.

Vous recherchez un installateur RGE dans votre région ? Besoin d’une précision ? Écrivez-moi en commentaire en bas de page. Un conseiller en énergie prend le relais et répond à toutes vos questions.

Quelles aides pour installer un chauffe-eau thermodynamique ?

Il vous tarde maintenant de connaître les dispositifs d’aides financières pour la pose d’un chauffe-eau thermodynamique. Bonne nouvelle, l’État encourage les ménages qui investissent dans des équipements de production d’eau chaude économes et écologiques. Et c’est globalement la rénovation énergétique des logements qui est encouragée. Croyez-moi, ces aides vont alléger vos factures d’énergie.

À quelles aides avez-vous droit ? Je vous en parle tout de suite.

Ma Prime Rénov’

Exit le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) qui a pris fin en 2020. Place à Ma Prime Rénov : une prime qui concerne désormais tous les ménages. Évidemment, les ménages les plus modestes obtiennent des primes bien plus importantes, proportionnellement à leurs ressources… Mais tout le monde en sort globalement gagnant.

Voici un aperçu du montant des primes attribuées en fonction du revenu fiscal de référence, cumulées aux primes énergies (certificats d’économie d’énergie) :


Avant de signer le devis de votre artisan RGE, vérifiez donc votre éligibilité aux primes. Consultez aussi les plafonds de ressources des codes Rénov bleu, jaune, violet et rose (ménages très modestes aux plus aisés).

L’Éco-prêt à taux zéro et la TVA à 5,5 %

Pour investir dans un chauffe-eau thermodynamique, contactez votre banque ou un établissement concurrent. Cet emprunt, appelé éco-PTZ, est très avantageux puisque vous n’avez aucun intérêt à rembourser.

Le plafond du prêt permet de couvrir l’intégralité du coût de l’appareil et de l’installation. Le matériel et la pose font d’ailleurs aussi l’objet d’une TVA à 5,5 % au lieu de 20 %... Un véritable cadeau offert par l’État.

Ces dispositifs sont cumulables avec Ma Prime Rénov’ et les CEE.

Le programme « Habiter mieux sérénité » de l’ANAH

L’ANAH, c’est l’Agence nationale de l’habitat. Son programme « Habiter mieux sérénité » encourage les ménages en situation de précarité à réaliser des travaux de rénovation énergétique à domicile. Pour obtenir les subventions de l’ANAH, vérifiez les critères d’éligibilité, définis selon vos conditions de ressources.

Vous souhaitez en savoir plus sur toutes ces aides ? Contactez-moi en commentaire. Je vous expose les options qui s’offrent à vous.

Évaluez notre guide

5.0
/5
1
vote(s)
Oops! Something went wrong while submitting the form.